L'envolée des prix des carburants a un impact direct sur le coût des billets d'avion et des séjours. Vous avez déjà réservé ? Vous risquez tout de même de devoir payer un supplément, mais à certaines conditions.

Les vacances d'été approchent et vous êtes sans doute nombreux à boucler en ce moment vos projets de voyages. Vous comptez prendre l'avion et vous n'avez pas encore réservé votre vol ? Ne tardez pas trop : la crise actuelle et la hausse des prix des carburants qui en découle ont un impact direct sur le prix des billets, qui ont déjà commencé à flamber.

En revanche, une fois la réservation effectuée, le prix du billet ne peut plus évoluer, rappelle le Centre européen des consommateurs (CEC France), dans un billet publié sur son site web : « Le transporteur comme la plateforme de réservation ne peut pas répercuter la hausse des prix des carburants sur le passager, une fois la réservation ​et les prix validés ».

Attention ! Cette règle ne vaut pas pour les séjours (ou « voyages à forfait », dans le jargon), incluant le transport et l'hébergement. Là, le prix peut être réévalué après réservation, mais à certaines conditions. Le CEC les a listées :

  • la hausse tarifaire « doit résulter d'une évolution des prix du carburant, des taxes ou redevances imposées par des tiers (taxe d'aéroport par exemple) ou des taux de change » ;
  • elle ne doit pas dépasser 8% du coût total : « Au-delà, vous êtes en droit de résilier le contrat gratuitement et d'être remboursé intégralement des sommes versées » ;
  • l'éventualité de cette hausse doit être prévue par le contrat de voyage ;
  • elle doit vous être notifiée au moins 20 jours avant la date de départ.

Si ces conditions ne sont pas réunies, vous êtes en droit de refuser de payer le surplus.

Vos projets au meilleur taux grâce à notre comparatif des prêts conso