Dans ce panier type, on trouve pâtes, huile, céréales, café, eau, sucre, lessive, papier toilette, lait, beurre et œuf. En fonction des marques choisies, la hausse varie entre 1,55 et 2,30 euros.

Dès le mois de septembre, les premières inquiétudes s'étaient faites sentir : les cours des matières premières agricoles s'envolaient et le prix des pâtes était annoncé en hausse de plus de 20%. De mauvaise augure pour le pouvoir d'achat des ménages même si de nombreux experts faisaient état de négociations en cours entre les multinationales et les distributeurs.

Un mois plus tard, le cabinet de conseil Nielsen évalue la hausse potentielle sur un panier de course moyen à près de 1,80 euro. Dans ce panier, Nielsen intègre un mélange de marques nationales et de marque de distributeur : pâtes, huile, céréales, café, eau, sucre, lessive, papier toilette, lait, beurre et œuf.

Un calcul théorique, hors négociation commerciale

Le calcul, basé sur les inflations les plus pessimistes, détaille que les marques nationales augmenteraient en moyenne de 3,2% soit 1,55 euro de plus sur le panier type. Du côté des marques de distributeur (MDD), la hausse estimée est de 2,30 euros (7,2%) et pour les premier prix de 2,10 euros (11%).

Frais bancaires : jusqu'à 223 € d'économies grâce à notre comparateur

A noter que sur un panier identique le coût varie du simple au double : il est de 49,45 euros pour les marques nationales contre 21 euros pour les premiers prix.

Leclerc, Intermarché, etc. : quel supermarché est le moins cher sur l'alimentaire ?

Si en 2020, l'inflation atteignait à peine 0,5%, elle devrait être d'au moins 2% en 2021, sur fond de flambée des prix de l'énergie. L'indice des prix à la consommation a grimpé de 2,1% en France au cours des 12 derniers mois d'après les chiffres provisoires de l'Insee pour le mois de septembre. Son niveau le plus haut depuis 2018.