Flambée des prix du gaz et de l'électricité, cours du pétrole haussier... Face aux soubresauts de l'économie mondiale, l'inflation grimpe. Quelles solutions pour protéger votre épargne contre la hausse des prix ?

On l'avait presque oubliée. Depuis quelques années, l'inflation se faisait plutôt discrète. En 2020, elle atteignait à peine 0,5%. Un chiffre bien en deçà des 2% que cible la Banque Centrale Européenne (BCE). Mais la roue tourne, et l'inflation pourrait bien signer son grand retour en 2021 sur fond de flambée des prix de l'énergie. Si la Banque de France demeure pour l'instant convaincue que la hausse des prix sera « temporaire », l'indice des prix à la consommation a grimpé de 2,1% en France au cours des 12 derniers mois d'après les chiffres provisoires de l'Insee pour le mois de septembre. Son niveau le plus haut depuis 2018.

Dans ce contexte, votre Livret A ne peut malheureusement rien pour vous. Avec une rémunération à 0,5%, le placement préféré des Français n'empêchera pas la hausse des prix de grignoter votre pouvoir d'achat. Mais alors... Quelles solutions pour protéger votre épargne ? Entre mythes et réalité, la rédaction MoneyVox décortique pour vous 7 placements anti-inflation.

Trouvez le taux le plus bas pour votre projet immobilier !

1. L'or

Ah, l'or... La sacro-sainte valeur refuge fonctionne-elle contre l'inflation ? En théorie oui. « Mécaniquement, en cas d'inflation, la valeur de la monnaie baisse. Il faut alors plus d'argent pour acheter un produit ou un service. Résultat, pour acheter une once d'or, il faut plus de monnaie, et le prix de l'or augmente », décrypte Jean-François Faure, président-fondateur d'AuCoffre.com, une plateforme pour acheter et vendre de l'or en ligne.

Autrement dit, il existe une corrélation entre le cours de l'or et le taux d'inflation. Faut-il pour autant investir dans le précieux métal ? Rien n'est moins sûr, car la politique des banques centrales, les marchés boursiers et la géopolitique sont autant de facteurs qui peuvent influer sur le cours de l'or, indépendamment de l'inflation.

« Le problème, indique Philippe Crevel, économiste et directeur du Cercle de l'Epargne, c'est qu'en cas de variation des prix, on peut se retrouver coincé avec son matelas d'or, et ce placement ne produit pas de rendements. » Un sentiment que Warren Buffet, investisseur de renom, semble partager : « Si vous conservez une once d'or pour l'éternité, vous aurez toujours une once à la fin. »

L'or et l'immobilier, les placements les plus rentables des années 2000

2. L'immobilier locatif

Autre valeur-refuge à l'épreuve du temps : la pierre. Il faut dire que sur le papier, l'investissement locatif a tout d'un placement efficace contre l'inflation. Les propriétaires peuvent en effet revaloriser les loyers chaque année en fonction de l'indice de référence des loyers (IRL). Or ce dernier se calcule à partir de la moyenne de l'évolution des prix à la consommation (hors tabac et loyers) sur les 12 derniers mois.

Si l'idée d'acheter un bien immobilier seul vous rebute, vous pouvez aussi investir dans une Société Civile de Placement Immobilier (SCPI). Souvent surnommé « Pierre papier », ce placement permet d'investir votre patrimoine dans l'immobilier en contrepartie d'une part des loyers collectés par la SCPI.

Attention toutefois à l'immobilier locatif d'entreprise : « La crise sanitaire a laissé des traces, notamment pour les immeubles du tertiaire, avec une nouvelle organisation du travail qui fait la part belle au télétravail, et nécessite donc moins de surface dans les bureaux », avertit Jean-François Faure.

SCPI : Quel rendement ? Comment investir ? Nos conseils

3. Les actions des entreprises capables de fixer les prix

Dans un environnement inflationniste, les entreprises ont deux possibilités : augmenter leurs prix au risque de perdre des clients, ou ne pas répercuter l'inflation sur leurs tarifs et voir leur marge s'effriter. Toutefois, une entreprise dotée d'une marque forte ou d'un réel avantage concurrentiel saura tirer son épingle du jeu, car elle sera plus facilement en mesure d'imposer une hausse des prix à son marché. On parle alors de « pricing power ».

L'évolution du prix d'un billet individuel pour accéder au parc Walt Disney World, à Orlando, illustre bien ce phénomène. A son ouverture, en 1971, les billets étaient proposés à 3,50 dollars. Si leur prix avait augmenté au rythme de l'inflation, ces mêmes billets coûteraient aujourd'hui 22 dollars environ. Dans les faits, ils s'écoulaient en 2019 pour près de 125 dollars.

L'achat d'actions est toutefois réservé aux investisseurs avertis, dans la mesure où tout investissement en Bourse présente un risque de perte en capital. Si la fluctuation des cours ne vous fait pas peur, et que vous détenez déjà une épargne confortable, sachez qu'il existe également des fonds spécifiquement dédiés aux valeurs avec un fort pouvoir de fixation des prix, comme Amplegest Pricing Power.

Quelle banque ou courtier choisir pour investir en bourse ?

4. Les valeurs bancaires

Toujours en Bourse, d'autres entreprises peuvent profiter d'une hausse des prix. A commencer par les banques. L'inflation s'accompagne en effet le plus souvent d'une remontée des taux d'intérêt. Or, les revenus des banques proviennent en partie de la différence entre les taux de prêt accordés à leurs clients et les taux auquels les établissements bancaires empruntent . Des taux d'intérêts plus élevés laissent la porte ouverte à des écarts plus importants, et donc à de meilleurs profits.

Là encore, cet investissement présente toutefois un risque de perte en capital. Si les valeurs bancaires peuvent constituer un placement intéressant dans le cadre d'une diversification de votre épargne, veillez par conséquent à investir avec modération. Plutôt que de miser sur une seule banque, vous pouvez opter pour des fonds ou des ETF investis à 100% dans le secteur de la banque et de la finance, tels que Lyxor S&P 500 Banks ou iShares Global Financials.

Comment bien choisir ses ETF pour investir en bourse ?

5. Les obligations indexées sur l'inflation (OII)

Impossible de ne pas mentionner les obligations indexées sur l'inflation (OII). Ce placement s'adresse spécifiquement aux investisseurs qui souhaitent se prémunir contre la hausse des prix. Depuis 1998, l'Etat français émet par exemple des obligations assimilables du Trésor indexées sur l'indice des prix à la consommation en France (OATi).

L'avantage : en cas de hausse des prix, les rendements de votre obligation augmentent en conséquence, ce qui fait de ce placement un puissant rempart contre l'inflation. Mais attention. « La valorisation des OII peut fluctuer », explique Philippe Crevel. « Cela dit, si vous gardez l'obligation jusqu'à terme, le risque de perte en capital est faible ».

Autre bémol : si ces placements sont rémunérateurs en période d'inflation, ils rapportent généralement moins qu'une obligation classique en l'absence de hausse des prix significatives.

Actions, obligations, OPCVM, ETF... Les différentes valeurs mobilières

6. Les fonds euros

Les fonds euros sont un placement à capital garanti. Pour assurer la régularité des rendements, ces fonds sont investis à environ 80% en obligations et en emprunts d'Etat. Sur le papier, une remontée des taux d'intérêts se répercutera à terme sur la rémunération des obligations, et donc sur les rendements des fonds euros.

Mais dans la pratique, ces derniers ne constituent pas toujours un bouclier efficace contre l'inflation. « Les rendements des fonds euros sont soumis à un phénomène inertiel », décrypte Philippe Crevel. « Les portefeuilles des assureurs contiennent beaucoup d'anciennes obligations. Il faudra donc du temps avant qu'une hypothétique hausse des taux se répercute sur les rendements ». Ces derniers ont atteint seulement 1,28% en moyenne en 2020 avant fiscalité. Mais certains fonds euros tirent leur épingle du jeu, par exemple avec la rémunération de 2,75% offerte l'an dernier par Garance Epargne.

Le comparatif des meilleurs contrats d'assurance vie

7. Les matières premières

A l'instar de l'or, les matières premières peuvent agir comme un rempart contre l'inflation dans la mesure où ce sont des actifs réels, dotés d'une valeur intrinsèque. La distance pouvant être parcourue avec un litre d'essence, par exemple, reste identique, indépendamment du prix des autres biens. Résultat : en cas d'inflation, les prix des matières premières tendent à augmenter pour maintenir une valeur d'usage constante.

Pour Jean-François Faure, « Il faut privilégier les matières premières utilisées par les industries de la transition énergétique, et notamment les métaux comme l'argent, le platine et les terres rares, que l'on trouve dans l'industrie photovoltaïque ou le stockage de l'énergie ».

L'investissement dans les matières premières s'adresse donc avant tout aux investisseurs aguerris. D'autant que le cours des matières premières présente un fort degré de volatilité et dépend d'une multitude de facteurs autres que l'inflation, tels que la découverte de nouveaux gisements d'énergie fossile ou l'impact des aléas climatiques sur les productions agricoles.

Ce que vous devez savoir avant d'investir sur les matières premières

Placements anti-inflation : le bilan

L'inflation se traduit par une perte du pouvoir d'achat de la monnaie. Pour limiter son impact sur votre épargne, des solutions existent. Toutefois, il est important de garder à l'esprit que l'inflation n'est qu'une des composantes susceptibles d'influer sur la valeur de vos placements. D'autres facteurs sont à prendre en compte avant de vous décider.

En outre, les placements permettant de lutter contre l'inflation impliquent en général de prendre des risques ou d'immobiliser votre argent pendant un certain temps. Les épargnants se trouvent alors face à un choix délicat : laisser leurs économies sur des placements sûrs et liquides mais qui ne protègent pas leur pouvoir d'achat, ou opter pour des actifs mieux à même de les défendre contre l'inflation, mais moins liquides et plus risqués.

Plus qu'une simple hausse des prix, l'inflation représente donc elle-même un prix : celui de votre tranquillité d'esprit. A 1,9%, la majorité des Français semblent aujourd'hui prêts à le payer, comme en témoignent les collectes record du Livret A rémunéré à 0,5% net. Mais qu'en sera-t-il demain, si l'inflation augmente encore ?