Deux hommes de 29 et 54 ans ont été mis été mis en examen à Paris après avoir escroqué des centaines de personnes depuis juillet 2020, grâce à de faux SMS envoyés pour le compte de la Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) ou de la Sécurité sociale. Une centaine de victimes ont été recensées pour le moment.

Les malfaiteurs auraient empoché plus de 100 000 euros, selon les premiers éléments de l'enquête. Deux hommes de 29 et 54 ans ont été mis été mis en examen à Paris après avoir escroqué des centaines de personnes depuis juillet 2020, grâce à de faux SMS usurpant la Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) et la Sécurité sociale, révèle Le Parisien. Et si les mises en garde sont légion, l'hameçonnage ou phishing est toujours aussi efficace. Cette arnaque consiste à leurrer le destinataire du message pour l’inciter à communiquer des données personnelles ou bancaires via un lien inclus dans le SMS.

Pour appuyer leur démarche, les fraudeurs - inculpés pour escroquerie en bande organisée et recel de données à caractère personnel - avaient créé un faux site Internet. Les numéros de cartes bancaires étaient ensuite utilisés pour effectuer des achats en ligne. « Durant les perquisitions, les forces de l’ordre ont mis la main sur 25 ordinateurs portables, sur 67 téléphones mobiles, sur des centaines de cartes SIM, mais aussi sur 111 cartes de crédit, une Mercedes, et près de 50 000 euros », raconte le quotidien.

Découvrez les meilleures cartes bancaires gratuites grâce à notre comparatif

L’épidémie de Covid-19 s’est accompagnée d’une recrudescence de fraudes et d’escroqueries, notamment en ligne. Pour faire face au phénomène, sept ministères ont mis sur pied une task-force de lutte qui enquête et distribue ses conseils pour mieux se prémunir contre des fraudes très variées visant autant les consommateurs que les entreprises. Pour se prémunir, il est essentiel de se méfier des contacts inconnus, de bien lire l’intégralité des messages, d’évaluer son niveau de langue, devse méfier des liens, des demandes saugrenues ou trop tentantes et de ne pas considérer qu’une adresse mail est 100% fiable.