Avoir du biff. Avoir des ronds. Avoir de la caillasse. Un point commun évident : tous ces mots d’argot désignent l’argent. Pourtant l’énigmatique biff et les « cailloux » ne semblent pas désigner le même argent… Quelle est la différence entre ronds, biff ou encore mitraille ? Sixième épisode de la série d’été « les mots de l’argent » sur « OseilleVox ».

D’où viennent-ils ?

Ronds. Argot, niveau facile : les ronds font référence aux pièces de monnaie, à travers leur forme ronde.

Caillasse. Argot, niveau moyen. « Le mot caillasse est très utilisé aujourd’hui par les jeunes, glisse Abdelkarim Tengour, fondateur du Dictionnairedelazone.fr. C’est une métonymie, comme pour les ronds : on se sert de l’image de la matière. Pour la caillasse, cela renvoie à l’accumulation de cailloux, donc de pièces. »

Biff. Traduction argotique, niveau difficile. Dans son livre Les mots du bitume (1), la linguiste Aurore Vincenti retrace l’origine du « biff » : il vient du mot « biffetons », lui-même inspiré de « biffe » qui désignait jadis le chiffon ou un tissu fin à rayures chez les chiffonniers. Dans l’argot des détenus du 19ème siècle, à travers la ressemblance entre un morceau de tissu fin et un bout de papier, le biffeton a fini par désigner le billet. Mais attention, aujourd’hui, biffeton est passé de mode et « on ne dira pas un biff », précise Aurore Vincenti, mais bien « du biff » pour désigner du blé, du fric, du pognon… De l’argent, de façon général, et non pas un billet à l’unité. Raison pour laquelle un commerçant préférera toujours être payé avec « du biff » qu'avec de la « petite mitraille ».

Découvrez les meilleures cartes bancaires gratuites grâce à notre comparatif

C’est quoi une métonymie ?

Biff, ronds et caillasse : ces trois mots d’argot ont deux points communs. 1. désigner l’argent. 2. ce sont des métonymies. Comme l’explique ci-dessus Abdelkarim Tengour, « on se sert de l’image de la matière ». La métonymie, à la différence d’une métaphore, c’est quand un lien concret et logique rejoint le mot et le concept. La caillasse, pour les multiples cailloux, évident parallèle d’une masse de pièces en métal. Les ronds, pour la forme. Et donc du biff par la plus complexe histoire d’un mot parti d’un bout de tissu, comme expliqué plus haut.

Bien d’autres mots utilisant le même concept désigne la petite monnaie : la galette, la ferraille, la mitraille (de multiples petits morceaux de ferraille)… Et même pépètes ? Oui, à en croire le portail lexical du CNRTL : l’origine de pépètes est incertaine et lointaine (19ème siècle) mais le mot viendrait du Poitou ou de Provence. Où un « galet plat » permettait de faire des « pépettes » (ricochets sur l’eau). La forme plate du galet, par ressemblance avec une pièce, aurait donné « pépètes » pour désigner des pièces, en masse, bref « plein de pépètes ». Rien à voir, donc, avec les pépites !

Kaaris, Sefyu, Neg' Marrons et... Chanson plus bifluorée

Extraits. Pépètes, justement, c’est vieillot ? Pas sûr, le rappeur Kaaris regrette que l’on « court après les pépètes » dans Boyz n the hood.

« Le biff, le blé qu’on trouve pas dans les champs » : du rap, encore, mais 10 ans plus tôt avec la chansion Biff de Sefyu.

Remontons encore 10 plus loin, en 1997, les Nèg' Marrons : « C'est la monnaie qui dirige le monde, c'est la monnaie qui dirige la Terre (...) Et dans c'pays, si t'as pas d'caillasse, c'est comme si tu n'existais pas. (...) »

Dans un tout autre registre, le méconnu groupe humoristique Chanson plus bifluorée cite pépètes, ronds et mitraille dans L’argent : « L'argent c'est des pépètes, des billets, des biftons. Des livrets des mandats des Sicav, des actions. C'est du fric d'la mitraille, du liquide, tous ces ronds (…) »

La série « Les mots d’argent »

Sur « ZeilloVox », vous en avez pour votre argent ! (Et ce même si lire nos articles ne vous coûte pas de gengen…) A suivre, pour cette série d’été : blé, avoine, maille, oseille, fraîche, lové, radis, beurre, grisbi, pépètes, picaille, mitraille…

(1) Éditions Le Robert.