Une récente étude lève le voile sur le montant que les consommateurs laissent en pourboire. Et contrairement aux idées reçues, les jeunes se montrent même très généreux.

Avec un pass sanitaire ou un test PCR vous pourrez profiter de longues soirées au restaurant et dans les bars cet été. Laisserez-vous un pourboire à à votre serveuse ou serveur ? Selon une étude CSA pour Lyf (1), une fintech spécialisé en dans le paiement mobile, 77% des sondés en donnent régulièrement. La moyenne du pourboire est de 2,80 euros mais plus de la moitié (58%) des jeunes qui donnent laissent entre 3 et 5 euros ! Malgré un budget souvent plus limité, ils se montrent donc très généreux, encouragés par les solutions de pourboires dématérialisées comme le QR code selon l'étude. Une solution qui compense le manque de monnaie face à l'essor de la carte bancaire et du sans contact en période de crise sanitaire.

En effet, des applications mobiles clés en main permettent de laisser un pourboire au professionnel de son choix, de manière dématérialisée, via un simple QR code que l’on flashe avec son téléphone. 68% des sondés apprécient le côté pratique du pourboire dématérialisé pour laisser la somme de leur choix, sans contrainte de monnaie. 60% des Français sont convaincus que le pourboire dématérialisé va aider à soutenir la réouverture des commerces et des lieux de loisirs.

Traditionnellement, ce sont dans les restaurants (85%), les cafés et les bars (71%) ou bien chez le coiffeur (59%) que les Français laissent le plus naturellement des pourboires. Fait marquant : 15% des jeunes donnent en priorité pendant des spectacles (concerts, théâtre, ...) et 10% lors de courses en taxis ou VTC.

Frais bancaires : jusqu'à 223 € d'économies grâce à notre comparateur

Comment obtenir une carte bancaire gratuite

(1) Étude réalisée du 11 au 14 mai 2021 via un questionnaire auto-administré par Internet sur le panel propriétaire de CSA, sur la base d’un échantillon national représentatif de 1 012 Français âgés de 18 ans et plus constitué selon la méthode des quotas basée sur les critères de sexe, d’âge et de profession de la personne interrogée, après stratification par régions et catégories d’agglomération.