Beaucoup de mouvement en juillet pour les finances personnelles ! De nombreuses aides à la rénovation énergétique évoluent alors que le taux de TVA appliqué sur les commandes en ligne passées sur Amazon par exemple va augmenter pour certains produits. Surtout, le prix réglementé du gaz explose alors que la durée du congé paternité s'allonge et que la réforme de l'assurance chômage est suspendue.

Le prix du gaz explose

La Commission de régulation de l'énergie (CRE) a annoncé une hausse de 9,96% hors taxe du tarif réglementé du gaz en juillet. En juin, la hausse avait déjà été de 4,4%. « Cette forte hausse est due principalement (pour 7,8%) à la hausse des prix du gaz sur le marché mondial liée à la reprise économique, sachant que 99% du gaz consommé en France est importé. Elle est due en outre pour plus de 2% à la participation du gaz en faveur de la transition énergétique (dispositif des CEE) », explique la CRE dans un communiqué.

Gaz : consultez le comparateur de notre partenaire

Impôts : une bonne nouvelle le 20 juillet ?

Si vous faites partie des contribuables à qui le fisc doit de l'argent suite à la déclaration des revenus 2020 réalisée au printemps, les virements seront effectués le 20 juillet ou le 6 août 2021. Près de 15 millions de foyers fiscaux devraient ainsi recevoir un virement bancaire provenant de « DGFiP Finances publiques ».

Impôt sur le revenu : les 5 dates à ne pas louper cet été

Le congé paternité allongé entre en vigueur

Jusqu’à présent d’une durée de 11 jours, le congé paternité sera désormais de 25 jours à partir du 1er juillet dans un objectif d'égalité entre les parents. À ces 25 jours s’ajouteront, comme c’est déjà le cas avant, les 3 jours naissance. Tout, ou une partie (au minimum quatre jours), du congé paternité, devra désormais être pris(e) immédiatement après le congé de naissance.

Concernant la rémunération du nouveau papa, le système reste le même quelle que soit la nature du contrat de travail (CDI, CDD, temps partiel, saisonnier, etc.).

Congé paternité allongé : combien sera payé le papa pendant les 28 jours ?

Le taux maximal du crédit immo baisse

Les taux d’usure sont à leur plus bas historique à compter du 1er juillet. Il s'agit des taux maximums autorisés pour des crédits. Par exemple, pour les prêts à taux fixe de 10 à 20 ans, le taux maximal est de 2,44% ou de 2,48% pour les prêts supérieurs à 20 ans. Mais selon certains experts, ce taux d'usure, censé protéger les emprunteurs contre des prêts à des taux trop élevés, en pénalisent certains qui se voient refuser un prêt. « Il s’agit des emprunteurs les plus risqués en termes de santé (senior, risques aggravés), de ceux qui ont besoin d’un crédit relais avec un gros montant de prêt à assurer sur une courte durée, ou d’emprunteurs fragiles à qui l’on conseille de s’assurer à 200% ou de souscrire une assurance perte d’emploi. Leur TAEG dépassent plus fréquemment le seuil de l’usure en raison du poids très important de l’assurance », explique Sandrine Allonier du courtier Vousfinancer.

La baisse historique du taux d'usure, une fausse bonne nouvelle

Intérêt légal : taux en baisse

Mis à jour tous les six mois, les taux de l'intérêt légal servent à calculer le montant des intérêts compensatoires en cas de retard de paiement d’une dette. Leur baisse est une bonne nouvelle pour les particuliers. A partir du 1er juillet, jeudi prochain donc, et jusqu’au vendredi 31 décembre, le taux de l'intérêt légal est fixé à 3,12% (contre 3,14% au premier semestre) pour les créances des particuliers, et à 0,76% (contre 0,79%) pour celles des professionnels.

Commerce en ligne : les prix vont grimper

A partir du 1er juillet, les commandes passées sur des sites de e-commerce risquent de coûter plus cher car la TVA sera appliquée sur tous les colis, même en dessous de 22 euros, qui étaient jusqu’à présent exonérés. Désormais le taux appliqué sera de 20% pour tout les paquets. « L’impact de ce nouveau dispositif devrait faire grimper les prix de 20 à 30%, » assure un avocat. Les professionnels craignent de leur côté un surplus de paperasse et des retards à la livraison. Peut-être un heureux présage pour les commerçants alors que les soldes d'été débutent mercredi 30 juin et dureront jusqu'au 20 juillet.

Rénovation énergétique : le coup de pouce chaudière est terminé

Les aides pour le remplacement d’une chaudière au charbon, fioul ou gaz par une chaudière gaz à très haute performance énergétique ne seront plus versées désormais. Néanmoins, vous avez jusqu’au 30 septembre pour achever les travaux amorcés avant le 1er juillet.

Le coup de pouce versé aujourd'hui pour les travaux d'isolation va lui s'achever au 1er juin 2022, pour les travaux engagés avant le 31 décembre 2021. Exception notable, la rénovation des combles à un euro, c'est terminé en raison du succès de l'opération mais aussi d'un nombre important d'arnaques.

Les bonus écologiques versés pour l'achat de véhicules propres sont aussi en baisse : désormais la somme maximum sera de 1 000 euros.

Certificats d'économie d'énergie : le gouvernement élève ses ambitions

Frais bancaires : jusqu'à 223 € d'économies grâce à notre comparateur

Un nouveau DPE pour les logements

Le Diagnostic de performance énergétique (DPE) a été repensé : la méthode de calcul élimine désormais la référence à la consommation énergétique sur la base des factures passées pour s'appuyer « sur les caractéristiques physiques du logement comme le bâti, la qualité de l'isolation, le type de fenêtres ou le système de chauffage », précise le ministère.

A partir du 1er juillet, ce nouveau DPE deviendra « opposable juridiquement » au même titre que les autres diagnostics du bâtiment, comme ceux relatifs à l'état des installations électriques ou la présence d'amiante ou de plomb, précise le ministère. Les étiquettes F et G de ce nouveau DPE désigneront dès son entrée en application les logements qualifiés de « passoires énergétiques ». Leur nombre est évalué à 4,8 millions par la dernière étude du ministère de la Transition écologique.

Travaux et immobilier neuf : avec la flambée des prix, faut-il repousser votre projet ?

MaPrimeRenov' : c'est parti pour les bailleurs

Après plusieurs reports, le dispositif MaPrimeRenov' est désormais accessible aux propriétaires bailleurs qui réalisent certains travaux de rénovation énergétique dans leur logement. Depuis janvier 2021, MaPrimeRénov' est ouverte à tous, sans condition de revenus. Néanmoins, le montant de l'aide dépend tout de même du revenu fiscal de référence du foyer.

Chômage partiel : la prise en charge en baisse

La prise en charge du chômage partiel par les entreprises diminue. Les salariés percevront une indemnité de 72% contre 84% de leur salaire net aujourd'hui. Les secteurs les plus touchés par la crise, et ceux issus des entreprises fermées administrativement restent aidés au même niveau.

Assurance chômage : la réforme ne sera pas appliquée au 1er juillet

Le Conseil d’État a suspendu le 22 juin dernier les règles de calcul du montant de l’allocation chômage qui devait entrer en vigueur le 1er juillet dans le cadre de la réforme gouvernementale de l’Assurance chômage. Par contre, l'institution ne remet pas en cause le principe de la réforme. Plusieurs recours avaient été déposés par toutes les grandes centrales syndicales sauf la CFTC.

Encadrement des loyers : 3e année à Paris

L'encadrement des loyers à Paris se poursuit. A partir du 1er juillet 2021 des nouveaux loyers de référence pour les logements du parc locatif privé parisien entrent en vigueur par arrêté préfectoral. À titre d'exemple, pour un 2 pièces non meublé dans un immeuble d'avant 1946, le loyer de référence est de :

  • 22,4 €/m² dans le quartier Saint-Fargeau (20e arrondissement) ;
  • 24,4 €/m² dans le quartier d'Auteuil (16e arrondissement) ;
  • 25,3 €/m² dans le quartier des Halles (1er arrondissement) ;
  • 25,4 €/m² dans le quartier de Plaisance (14e arrondissement) ;
  • 28,7 €/m² dans le quartier d'École militaire (7e arrondissement).