La Banque centrale de Russie a augmenté vendredi son taux directeur pour la troisième fois consécutive, de 0,5 point à 5,5%, alors que le pays affronte depuis des mois une accélération de l'inflation.

« Une pression inflationniste accrue dans le contexte de la reprise économique » peut provoquer une augmentation de l'inflation « plus importante et prolongée » que prévu, a indiqué dans un communiqué l'institution monétaire, qui indique que de nouvelles hausses du taux auront lieu dans les prochains mois.

Parmi les raisons de cette accélération, la banque centrale cite une « croissance de la demande plus rapide que la capacité d'expansion de la production » alors que l'économie russe redémarre. « A court terme, cette influence est renforcée par la croissance des prix sur les marchés mondiaux des matières premières ».

« L'inflation est de plus en plus préoccupante », a dit clairement la gouverneure de la Banque, Elvira Nabioullina, lors de la conférence de presse traditionnelle faisant suite à l'annonce du nouveau taux. Elle s'est réjouie néanmoins d'une croissance plus rapide que prévu, permettant à l'économie russe de revenir à un niveau pré-pandémie « dès ce trimestre ».

Face à l'inflation, la Banque de Russie avait commencé en mars à augmenter son taux qui était historiquement bas, une première depuis 2018.

Il s'agit de la troisième hausse conséquente consécutive, alors que la voix Mme Nabioullina s'élève régulièrement ces derniers temps pour alerter les autorités face à un phénomène qu'elle craint plus durable qu'attendu.

Les prix à la consommation ont commencé à grimper en Russie en mars 2020 - après des mois d'inflation très basse - sur fond de crise pétrolière, de chute du rouble et de ralentissement économique mondial dû à la pandémie de Covid-19.

Vos projets au meilleur taux grâce à notre comparatif des prêts conso

L'explosion des prix des aliments de base a poussé les autorités russes à introduire des mesures comme des quotas d'exportations ou un contrôle gouvernemental des prix alimentaires, un plafonnement administratif critiqué par Mme Nabioullina.

En mai 2021, l'inflation a encore augmenté à 6%, tirée notamment par les prix de l'alimentaire, alors que la banque centrale se donne pour objectif 4%.

« L'inquiétude pour la Banque centrale en ce moment est que les pressions obstinément élevées sur les prix ne montrent aucun signe de relâchement », indiquent les analystes de Capital Economics dans une note.

La prochaine réunion de politique monétaire de la Banque centrale russe est prévue le 23 juillet.