Le groupe MoDem à l'Assemblée a demandé mardi au gouvernement « d'avancer rapidement » sur la réforme des retraites, pour que chacun se positionne avant 2022, même s'il sera « difficile techniquement » de voter un texte avant la présidentielle.

Dans le calendrier parlementaire, « on voit très bien la difficulté, c'est très court », mais il faut que que le gouvernement « propose 4 au 5 scénarios » et qu'il y ait des « principes actés », « afin que tout le monde soit obligé de se déterminer » pour la présidentielle, a souligné le député Christophe Jerretie lors d'un point presse de ce groupe, allié de LREM dans la majorité.

« Je crois qu'on ne coupera pas à une mesure d'âge », estime l'élu centriste. « On ne peut pas éviter le sujet, parce que les nouvelles générations sortent plus tard de l'école. C'est un phénomène majeur et qu'on est aussi moins nombreux à cotiser. Ca, c'est les maths ».

« Il y a quatre leviers, l'âge limite, la durée de cotisation, les pensions - pas certain que certains souhaitent les baisser - et le relèvement des cotisations. Il y a peut-être des mix à proposer, peut-être que les mix feront plus consensus que d'avoir » un seul levier, a poursuivi M. Jerretie (Corrèze), membre de la commission des Finances.

Ce parlementaire pense que la « réforme ne sera pas » dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale cet automne mais « on peut amener quelques amendements pour pousser l'exécutif ». Le MoDem souhaite lier le sujet à la réforme de la dépendance.

Vos projets au meilleur taux grâce à notre comparatif des prêts conso

Au-delà des retraites, le groupe centriste s'inquiète de « l'énorme déficit » de la France, avec environ « 220 milliards » prévus dans le budget rectificatif 2021 que les députés s'apprêtent à voter.

« On ne peut pas se permettre d'avoir un déficit comme celui-là en 2022. On est prêt à travailler sur la dépense publique, nous ferons des propositions. Les ministres doivent tenir leur budget, ne pas le dépasser ou faire des annonces un peu trop fortes », réclame Christophe Jerretie.