Une part non négligeable des ménages est confrontée à une très forte baisse de revenus depuis un an. A l'inverse, d'autres voient leurs ressources gonfler, selon une étude de l'Insee publiée ce jeudi.

Une épidémie aux multiples conséquences. Au-delà du très lourd bilan sanitaire, la crise du Covid-19 a de sérieuses répercussions économiques : pour les Etats comme la France qui se sont endettés lourdement pour maintenir à flot le pays, mais bien sûr aussi pour les particuliers.

Dans une étude publiée ce jeudi, l’Insee fait le constat que la part des ménages déclarant des difficultés pour boucler leur budget, c’est-à-dire qui se sont endettés ou ont tiré sur leurs réserves, est en baisse depuis un an. Elle est de 20% (en baisse de 4 points) en raison d’une diminution de la consommation induite par les confinements. Pour autant, cette tendance ne reflète pas l’évolution des revenus avant impôts (salaires, pensions de retraite, allocations chômage, prestations familiales…).

En effet, au premier trimestre de cette année, 22% des ménages déclarent que leurs revenus ont diminué par rapport à mars 2020. Et les pertes sont conséquentes : 290 euros par mois de moins en moyenne (1). En conséquence, 11% des ménages concernés ont dû souscrire un nouveau crédit ou renégocier leurs crédits en cours (y compris immobilier) et 29% ont reçu une aide publique ou de la part de leurs proches.

Regroupement de crédits : cette astuce pour financer un nouveau projet

Les jeunes et les indépendants touchés

Dans le détail, ce sont les 20% des ménages les plus modestes qui déclarent plus souvent une baisse de revenus que les ménages aisés (29% contre 17%). Par ailleurs, ces baisses de revenus touchent davantage les indépendants et les jeunes.

Économisez sur les frais et gagnez jusqu'à 350 € grâce à notre comparatif des assurances vie

Si, pour 69% des ménages, le revenu a varié de moins de 50 euros par mois depuis un an, 9% des foyers déclarent une hausse de revenu supérieure à 50 euros depuis un an. Elle atteint même 226 euros en moyenne. « Au total, d'après leurs déclarations, les ménages auraient enregistré une baisse d’une quarantaine d’euros en moyenne », écrit l’Insee.

Crédit immobilier : comment réduire vos mensualités ?

(1) La hausse ou la baisse moyenne s’entend par unité de consommation (UC) d’un ménage. Le calcul est le suivant : 1 UC pour le premier adulte du ménage, 0,5 UC pour les autres personnes de 14 ans ou plus, 0,3 UC pour les enfants de moins de 14 ans.