L'actuel PDG du réassureur Scor, Denis Kessler, quittera son poste de directeur général en juin 2021 « pour des raisons personnelles », soit un an plus tôt que la date précédemment annoncée, mais restera président du conseil d'administration, a annoncé lundi le groupe.

Du fait de ce changement de calendrier, M. Kessler, protagoniste central de la bataille judiciaire que se livrent Scor et l'assureur mutualiste Covéa, sera finalement remplacé par Laurent Rousseau, actuel directeur général adjoint de la division dommage du groupe, et non pas par Benoît Ribadeau-Dumas, ex-directeur de cabinet d'Edouard Philippe, comme cela avait été annoncé en décembre dernier.

Malgré « la qualité de l'engagement de Benoît Ribadeau-Dumas et son intégration réussie pendant ses premiers mois », le conseil d'administration a « constaté que les conditions n'étaient pas réunies pour que Benoît Ribadeau-Dumas, qui n'avait pas exercé préalablement de responsabilités dans le secteur de l'assurance ou de la réassurance avant de rejoindre le groupe, prenne les fonctions de directeur général de Scor dès juin 2021 », a précisé le réassureur dans un communiqué.

« J'ai trop de respect pour la gouvernance d'entreprise pour ne pas respecter cette décision. Je m'étais passionnément investi dans ce process et souhaite bonne chance aux équipes de Scor, que j'ai appris à connaître avec un immense plaisir. Je suis certain que Laurent Rousseau saura les guider avec talent », a déclaré M. Ribadeau-Dumas.

« Pour ma part, je tourne cette page et vais, en accord avec Scor, quitter l'entreprise afin de me tourner vers de nouvelles opportunités », a-t-il ajouté.

Jusqu'à 80 € de prime à l'ouverture grâce à notre comparatif de banques en ligne

Laurent Rousseau, qui occupera donc le poste de directeur général à l'issue de l'assemblée générale prévue le 30 juin, « occupe des responsabilités de premier plan au sein du groupe depuis onze ans et (...) bénéficie de vingt ans d'expérience dans le secteur de l'assurance et de la réassurance à Londres et à Paris », a souligné Scor pour justifier son choix.

Emblématique et charismatique PDG de Scor depuis 2002, Denis Kessler a été récemment accusé par Covéa, qui a déposé plainte devant le parquet national financier, de manipulation de cours et abus de biens sociaux, au détriment de Scor.

Depuis que l'assureur mutualiste, mieux connu du grand public sous ses marques MMA, MAAF et GMF, a voulu racheter le réassureur à la fin de l'été 2018, les relations entre les deux groupes se sont envenimées au point de dégénérer en bataille judiciaire.