Cette hausse massive de la contravention accompagne une volonté des autorités de multiplier les péages sans barrières pour éviter les retards et limiter le réchauffement climatique.

On ne rigole plus sur les autoroutes françaises : à partir de ce jeudi, les automobilistes qui n’ont pas payé leur trajet seront sanctionnés d’une amende de 375 euros. Un montant cinq fois supérieur à celui pratiqué jusqu'ici - 75 euros - auquel s'ajoute les frais de dossier (90 euros contre 20 euros actuellement) et le prix du trajet. Sur les autoroutes françaises le prix au kilomètre peut varier de 2,50 à plus de 54 centimes d'euros, sur une portion courte et très fréquentée d'Ile-de-France. Selon Le Parisien qui met en lumière cet arrêté publié mercredi au Journal officiel, cette augmentation importante entend lutter contre la technique du petit train. Comprendre, passer à plusieurs véhicules une fois que la barrière s'est levée. Une méthode utilisée aussi, à pied, pour forcer le passage afin de rentrer sans payer dans le métro.

Selon le quotidien, « il ne s'agit pas que de renflouer les caisses de l'Etat, mais plutôt de rendre possible des péages sans barrière. La loi d'orientation sur les mobilités, promulguée en décembre 2019, prévoit de les généraliser progressivement. L'installation de ces péages en flux libre, grâce à des portiques munis de capteurs posés au-dessus des autoroutes, a pour ambition de supprimer les embouteillages aux péages et de limiter l'émission de gaz effet de serre ».

Le montant de 375 euros est censé, le cas échéant, être suffisamment disuasif pour les fraudeurs potentiels (1% des utilisateurs en 2020), selon le ministère des Transports pour qui « il ne s'agit bien sûr pas de pénaliser des usagers qui auraient oublié de s'acquitter d'un paiement, mais de dissuader des fraudeurs récidivistes ». Dans le cas, « vous omettez de payer votre péage, vous serez traité différemment selon qu'il est muni d'une barrière ou non. Dans le premier cas, vous recevrez un avis de paiement du montant du trajet d'autoroute non acquitté, auquel s'ajouteront les 90 euros de frais de dossier. Vous disposez de deux mois pour le régler. Au-delà, vous devrez payer une amende de 375 euros et le montant du trajet », explique le quotidien.

Frais bancaires : jusqu'à 222 € d'économies grâce à notre comparateur

Les autorités précisent aussi que les récidivistes, mauvais payeurs de leurs créances, pourront, in fine, être sanctionnés par une amende de 7 500 euros.