CNP Assurances a vu son bénéfice baisser de 4,4% en 2020, à 1,35 milliard d'euros, « essentiellement à cause de la crise sanitaire » qui a plombé le premier semestre, un résultat néanmoins solide et apprécié par les marchés avec un bond du titre de plus de 5%.

Le chiffre d'affaires a chuté de 17,3%, à 27 milliards. A change constant, il a baissé de 11,5% et le bénéfice de 2,1%, a indiqué le groupe dans un communiqué mercredi.

« Nous avons marqué une bonne résilience face à la crise sanitaire » avec des résultats « seulement légèrement inférieurs à ceux de l'année 2019 », s'est félicité lors d'une conférence de presse Antoine Lissowski, directeur général du groupe, dont le départ en avril a été annoncé mardi soir. Il sera remplacé par Stéphane Dedeyan.

CNP Assurances estime les effets de la crise du Covid-19 à 3,5 milliards d'euros, dont 2,4 milliards pour la France, qui représente près des deux tiers de l'activité du groupe, soit des chiffres identiques à ceux révélés en novembre.

L'impact « limité » de la crise s'est concentré sur le premier semestre, le second confinement et le couvre-feu en France n'ayant pas eu d'effet sur l'activité, dont le niveau a été à cette période « équivalent à janvier-février », soit avant la crise, a expliqué lors d'une conférence téléphonique Thomas Béhar, directeur financier du groupe.

Dans l'Hexagone, le chiffre d'affaire a plongé de 21,4% à 16,3 milliards pour l'ensemble de l'année.

L'activité épargne/retraite a été la plus touchée, avec -26,3%, celle de prévoyance/protection ne reculant que de 2%.

Outre les effets de la crise sanitaire, avec la fermeture des agences au printemps, « la politique de restrictions d'accès aux fonds euros » des assurances vie a pesé sur le chiffre d'affaires à hauteur de 1,5 milliard.

Le groupe réoriente progressivement son stock de contrats en euros vers les unités de compte (UC), les placements en fonds euros, réalisés en grande partie sur des obligations, s'avérant désormais coûteux en période de taux très bas. Les unités de comptes, potentiellement plus rémunératrices, sont également plus risquées pour l'épargnant.

Vos projets au meilleur taux grâce à notre comparatif des prêts conso

La part des UC en France pour CNP Assurances est ainsi passée de 19,8% il y a douze mois, à 26,6% à fin 2020.

En Amérique latine, où le groupe est solidement implanté, les ventes ont souffert de l'effondrement du réal brésilien, avec un chiffre d'affaires en baisse de 17,2% tandis que l'activité a progressé de 10,7%.

CNP Assurances proposera un dividende en 2021 de 1,57 euro par action, soit 77 centimes au titre de 2020 et un rattrapage exceptionnel de 80 centimes pour 2019, le groupe n'ayant versé aucun dividende en 2020.

Vers 10H00, le cours de l'action décollait de 5,35% à 14,76 euros, dans un marché à l'équilibre (-0,04%).