Un ticket restaurant 2020 qui arrive à échéance en février 2021 pourra être utilisé jusqu'au 31 août 2021, prévoit un décret publié ce mercredi. Vous pourrez alors l'échanger contre un ticket 2021 valable théoriquement jusqu'en février 2022.

Un ticket restaurant 2020 qui arrive à échéance en février 2021 pourra être utilisé jusqu'au 31 août 2021, selon un décret (1) publié mardi 2 février. Ce texte grave dans le marbre une annonce du ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire en décembre 2020. Une prolongation jugée alors « nécessaire pour soutenir la consommation des Français et aider les restaurateurs » afin de leur « redonner 700 millions d'euros de pouvoir d'achat ». Le plafond de 38 euros par jour, semaine comme week-end et jours fériés, est lui aussi maintenu jusqu'à cette date. Il reste cependant limité à 19 euros dans les commerces de bouche ou les supermarchés.

Les salariés peuvent rendre leurs tickets restaurants non utilisés à leur employeur, au plus tard au cours de la quinzaine suivante, et les échanger gratuitement contre un nombre égal émis pour l'année 2021 dont la date théorique d'utilisation va jusqu'à la fin février 2022.

Ticket restaurant : que peut-on vraiment payer avec ? (et 10 autres questions)

Près de 4 millions de salariés utilisent presque quotidiennement leurs titres restaurant pour régler leur déjeuner pris sur le pouce ou leur repas entre collègues au restaurant. Vous pouvez aussi les utiliser pour faire certaines courses ou régler des commandes à emporter.

Frais bancaires : jusqu'à 222 € d'économies grâce à notre comparateur

Appelés communément « tickets resto », les titres restaurant englobent le Ticket Restaurant commercialisé par la société Edenred mais aussi le Chèque Déjeuner de Up, ou encore les titres émis par les sociétés Apetiz, Lunchr, Pass Restaurant, Resto Flash et Wedoofood, selon le prestataire choisi par votre employeur.

Un restaurant peut-il refuser un ticket restaurant ?

Oui. A part les espèces, aucun moyen de paiement n'est obligatoire. Les restaurants peuvent ausi travailler avec un organisme de titres déjeuner et pas d'autres. Ils peuvent aussi privilégier le format papier au format carte à puce, notamment si la commission prélevée est trop importante pour le second.

(1) Décret n° 2021-104 du 2 février 2021 portant dérogations temporaires aux conditions d'utilisation des titres-restaurant