Comme à chaque début de mois, une série de nouveautés entrent en vigueur avec un impact direct sur votre pouvoir d’achat. Et en février, il y a plusieurs mauvaises nouvelles. Voici ce qui vous attend à partir de lundi.

Le prix du tabac évolue

Il y a du nouveau pour le prix du tabac. Après la hausse massive de 50 centimes au 1er novembre, des ajustements tarifaires sont entrés en application début janvier. Ils vont se poursuivre en février avec des hausses de 10 centimes d’euro sur certaines références comme les 20 cigarettes de Camel Blue 100's qui coûtent désormais 10,30 euros. Idem pour le paquet de Camel Silver. A l’inverse, par exemple, les Lucky Strike red longues (100's), en 20 unités, passent sous la barre des 10 euros à 9,90 euros, en recul de 10 centimes.

Les tarifs des péages progressent encore

Après une évolution de +0,80% en 2020, les prix des péages autoroutiers vont augmenter de 0,44%, en moyenne, au 1er février. Les hausses devraient varier, selon les tronçons, entre 0,30% et 0,65%. Des augmentations limitées cette année, certes, mais qui font toujours ressurgir le débat sur le bien-fondé des concessions autoroutières accordées en 2006. Un récent rapport sénatorial a préconisé de ne pas les prolonger au-delà de leur terme en raison d’une rentabilité trop favorable. Deux des trois groupes autoroutiers pourraient atteindre la rentabilité attendue lors de la privatisation, et ce 10 ans avant la fin des concessions, soit autour de 2022. Pour le rapporteur de la commission, « le statu quo n’est pas possible. Il est impératif de mieux partager les profits des sociétés d’autoroutes avec l’Etat et les usagers, et de rééquilibrer les relations entre le concédant et les concessionnaires ».

Augmentations ciblées pour le prix des taxis

Les tarifs des courses de taxi, à compter de lundi, ont été fixés par un arrêté publié au Journal officiel du 29 décembre 2020. Bonne nouvelle : cette année, le tarif minimum d'une course reste fixé à 7,30 euros pour tous les taxis. De plus, les tarifs restent plafonnés à 4,18 euros pour la prise en charge ; 1,12 euro pour celui du kilomètre parcouru ; ou encore 37,46 euros pour le prix horaire « concernant la période d'attente (en cas de réservation par le client) ou de marche lente », précise le site service-public.

Si les tarifs forfaitaires pour les courses directes des taxis parisiens entre Paris et les aéroports de Roissy-Charles-de-Gaulle et d'Orly restent identiques (53 euros entre Charles-de-Gaulle et Paris rive droite et 58 euros vers la rive gauche ou 37 euros entre Orly et Paris rive droite et 32 euros vers Paris rive gauche), les tarifs pour les courses vers l'aéroport de Nice Côte d'Azur évolent. Depuis ou vers Cannes, le prix forfaitaire augmente passe à 85 euros, en hausse de 5 euros. Idem depuis ou vers Monaco où le prix passe à 95 euros. Les forfaits vers Nice-centre et Cap d'Antibes restent fixés à 32 euros et 72 euros.

Le tarif du gaz grimpe encore…

Les tarifs réglementés hors taxe d’Engie progressent de 3,5% par rapport au 1er janvier. Cette augmentation est de 0,9% pour les clients qui utilisent le gaz pour la cuisson, de 2% pour ceux qui ont un double usage, cuisson et eau chaude, et de 3,7% pour les foyers qui se chauffent au gaz. La principale raison de cette augmentation est liée à la forte demande en gaz naturel liquéfié en Asie en raison d’une vague de froid exceptionnelle.

Jusqu'à 160 € de prime à l'ouverture grâce à notre comparatif de banques en ligne

… comme celui de l’électricité

La Commission de régulation de l'énergie (CRE) a recommandé le 18 janvier d’augmenter les prix des tarifs réglementés de vente de l'électricité de 1,6%. Le gouvernement a 3 mois pour s’y opposer mais selon toute vraisemblance, il ne devrait pas le faire. La CRE justifie cette proposition par une hausse des coûts d'acheminement de l’électricité. Elle représenterait 15 euros par an en moyenne pour un consommateur résidentiel. En additionnant cette nouvelle augmentation avec celles déjà annoncées, c'est une cinquantaine d'euros annuels supplémentaires, en moyenne, qui vont se rajouter sur la facture des particuliers en 2021.

Réduire votre facture d'énergie avec notre comparateur partenaire

Encadrement des loyers : des contrôles renforcés

Les contrôles sur le respect de l'encadrement des loyers à Paris vont être renforcés à partir de février en raison des abus constatés. L'association de défense des consommateurs CLCV vient de révéler que 40% des annonces parisiennes ne respectent pas le plafonnement.

En savoir plus sur l’encadrement des loyers

Tickets restaurant prolongés

En théorie, la durée de validité des tickets restaurant 2020 devait se terminer fin février. Bonne nouvelle pour les 4 millions d’utilisateurs : elle est prolongée jusqu’au 1er septembre 2021. Un prolongement « nécessaire pour soutenir la consommation des Français et aider les restaurateurs », a annoncé le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire en décembre. Le plafond de 38 euros par jour, semaine comme week-end et jours fériés, est lui aussi maintenu jusqu'à cette date. Selon le ministre cette mesure va « redonner 700 millions d'euros de pouvoir d'achat aux restaurateurs ».

Un chèque psy

Emmanuel Macron a annoncé la création d'un « chèque psy » pour permettre aux étudiants en situation de mal-être à cause de la crise du Covid-19 de pouvoir consulter un psychologue et suivre des soins. Il s'agit de « permettre à tous les jeunes qui en ont besoin d'accéder beaucoup plus facilement et avec une prise en charge, à un professionnel - psychologue, psychiatre - quand ils en ont besoin », a expliqué le chef de l'Etat. Ce chèque concernera, à partir du 1er février, « tous les étudiants qui le souhaitent ». Selon l'AFP, le dispositif permettra de couvrir « un certain nombre » de consultations, estimées « entre 30 et 40 euros » l'unité.