Plusieurs études récentes dénoncent le manque de rentabilité pour les clients de l'option tarifaire heures pleines / heures creuses par rapport au tarif de base. Selon le fournisseur Plüm énergie, 40% des Français n'ont pas la solution la mieux adaptée à leur contrat, pour une surfacturation totale estimée à 450 millions d'euros.

Option « base » ou « heures pleines / heures creuses » ? Vaste débat depuis l'apparition de la seconde au milieu des années 60. Mais, selon le fournisseur d'énergie verte Plüm ce mode de tarification qui propose deux tarifs en fonction des heures d'utilisation de vos appareils électriques n'est pas rentable. Pour le prouver, il a développé et mis en ligne un comparateur. « Nous investissons massivement en Recherche & Développement dans l'objectif de toujours conseiller à nos clients la meilleure option tarifaire possible et leur permettre de réduire la consommation de leur installation électrique, explique Vincent Maillard, co-fondateur et président de Plüm énergie. Suite à une étude approfondie, nous avons constaté qu'environ 40% des foyers français ne dispose pas de la bonne option tarifaire pour leur électricité. Nous invitons également les pouvoirs publics à revoir les principes de fixation des tarifs réglementés pour redonner de l'attractivité à l'offre heures pleines / heures creuses au bénéfice de tous les Français. »

Une surfacturation estimée à près de 450 millions d'euros à l'échelle nationale, très majoritairement répartie entre les trois principaux acteurs du marché, que sont EDF, Engie et Total Direct Energie. « Nous avons effectivement constaté que l'option nécessite un report de consommation de plus en plus important pour être intéressante », admet la direction d'EDF dans Le Parisien. « Il y a quelques années, il suffisait de consommer environ 30% de son électricité en heures creuses pour que ce soit rentable, alerte également le Médiateur de l'énergie dans les colonnes du quotidien. Aujourd'hui, on est plutôt autour de 50 à 60%. » L'organisme, qui a récemment évolué pour s’affirmer auprès des consommateurs comme l’autorité publique indépendante et comme une source d’information référente pour les offres de gaz et d’électricité, propose également son comparateur : calculettes.energie-info.fr.

Electricité : consulter le comparateur de notre partenaire

Mais le fournisseur Plüm n'est pas le seul à dénoncer le manque d'intérêt pour les ménages de l'option « heures pleines / heures creuses ». Début novembre, l'association de défense des consommateurs 60 Millions de consommateurs expliquait que « le tarif des heures creuses a sensiblement augmenté ces dernières années. Même pour les gros consommateurs, un client abonné au tarif réglementé perd entre 30 et 50 euros chaque année. » Or, cette tarification doit en théorie permettre d'alléger sa facture en profitant de prix avantageux pendant la nuit pour utiliser son ballon d’eau chaude, ses radiateurs électriques, son lave-vaisselle, sa machine à laver ou son sèche-linge.

Compte pour enfant/ado : notre comparatif des offres sans risque

Dans ce conctexte, mieux vaut peut-être changer de formule afin de prendre une offre de marché souvent moins chère que le tarif réglementé. Si vous souhaitez changer d'option tarifaire, le passage de l'un à l'autre est gratuit avec un compteur Linky.

Electricité : pourquoi les ménages restent accrochés à EDF

Heures pleines, heures creuses : rappel historique

Cette option existe depuis le milieu des années 1960, dans le but de lisser les pics de consommation en incitant les clients à reporter la consommation des heures pleines vers les heures creuses, soit en pleine journée ou au milieu de la nuit quand la consommation d'ensemble est moindre et éviter les engorgements pendant les heures de rentrée de l’école, dîner et bain où les compteurs tournent à pleine puissance.