Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire s'est dit jeudi plutôt sceptique quant au démantèlement des géants américains du numérique (Gafa), jugeant plus « efficace » à court terme de leur imposer des « limites » via une régulation fiscale et juridique.

« Je pense que mettre des limites, fixer un cadre réglementaire qui concerne la fiscalité, le droit de la concurrence, la monnaie, ce sera plus efficace, plus responsable et surtout ça donnera des résultats plus rapides que l'idée d'un démantèlement », a déclaré le ministre lors d'un déplacement en région parisienne sur le thème de la relance de l'industrie française.

« On peut toujours jeter en l'air le mot de démantèlement parce que ça sonne fort, parce que ça sonne brutal, parce qu'on dit ça y est on va remettre ces géants du numérique au pas, mais enfin, il y a de fortes chances que ça reste lettre morte. Moi je cherche l'efficacité », a-t-il souligné.

Il a notamment évoqué les négociations en cours pour élaborer une taxation internationale des géants du numérique. « Nous souhaitons que l'Union européenne dans les premiers mois de 2021 apporte une réponse concrète » sur ce sujet, a affirmé M. Le Maire, alors que la négociation internationale sous l'égide de l'OCDE peine à avancer.

Il a aussi rappelé son opposition à la création de monnaie digitale privée par les grands acteurs du numérique. « Nous ne souhaitons pas que des entreprises développent des monnaies digitales qui puissent faire concurrence à des monnaies souveraines », a-t-il insisté.

Néobanques : les offres les moins chères pour maîtriser votre budget

Il a aussi cité l'enjeu du contrôle des données et la nécessité d'empêcher la constitution de « monopoles ».

Ce débat sur le démantèlement des Gafa (acronyme de Google, Amazon, Facebook, Apple) monte en puissance aux Etats-Unis, avec notamment le lancement par l'Etat d'une action au civil contre Google pour poursuite illégale de monopole dans ses services généraux de recherche et dans ses services de recherche publicitaire.