ALD compte louer ses véhicules plus longtemps et séduire davantage de particuliers et de PME avec des offres de location numériques et flexibles, a annoncé jeudi le loueur en présentant son plan stratégique 2020-2025.

La filiale de la Société Générale, spécialisée dans la gestion de flotte et la location longue durée de véhicules, va étendre sa couverture à 50 pays et compte devenir le « leader mondial de la location longue durée » d'ici à 2025, en dépassant l'Hollandais LeasePlan et en gardant son avance sur la filiale de location de BNP Paribas, Arval.

ALD veut « transformer » son modèle économique « en un modèle où les véhicules seront mis en location plus longtemps qu'aujourd'hui, dans certains cas pendant toute la durée de leur vie », précise le loueur dans la présentation de son plan « Move 2025 ».

Le kilométrage moindre et la meilleure fiabilité des modèles électriques permet d'imaginer une première location, puis une deuxième, un passage par l'autopartage et enfin la revente du véhicule, a précisé la direction d'ALD au cours d'une conférence de presse.

La part de véhicules électriques ou hybrides rechargeables dans les livraisons de voitures neuves devrait atteindre environ 30% d'ici 2025, soit -40% d'émissions de CO2.

ALD pourrait effectuer des acquisitions pour étendre son réseau, en se basant sur une croissance solide, et après avoir plutôt bien résisté à la crise sanitaire.

Le loueur prévoit une période d'incertitude jusqu'à fin 2021, mais compte ensuite accroître son chiffre d'affaires de 6 à 8% par an à partir de 2023, avec 2,3 millions de contrats à horizon 2025, contre 1,8 million en 2019.

ALD prévoit 66 millions d'euros d'investissements numériques sur la période. Le taux de distribution de dividendes devrait de son côté être en hausse, entre 50% à 60%, contre 45% en 2019.

Jusqu'à 160 € de prime à l'ouverture grâce à notre comparatif de banques en ligne

Le loueur veut séduire plus de PME, mais aussi proposer davantage de services à ses grands clients. Il a développé un assistant de transport multimodal appelé « Move » (de la voiture au bus en passant par le vélo), dont la première société partenaire doit être annoncée courant novembre aux Pays-Bas.

Il veut conseiller ses clients dans leur transition écologique, avec l'installation de bornes de recharge électrique, et dans la gestion de leur flotte connectée, via des outils numériques. Il compte également multiplier les contrats de location pour les salariés de ces sociétés qui n'ont pas droit à une voiture de fonction.

ALD prévoit également de toucher plus de particuliers, alors que « le modèle d'abonnement se répand », a souligné le directeur général délégué d'ALD, Gilles Bellemère. La société prévoit d'augmenter de 15% par an son chiffre d'affaires sur ce secteur.

Le loueur prévoit notamment de vendre ou de louer environ 30% de ses voitures d'occasion à des particuliers d'ici 2025, réduisant ainsi les risques liés à la dépréciation des véhicules sur le marché. Sa plateforme digitale de vente de véhicules « Carmarket » sera progressivement ouverte aux acheteurs individuels dans 25 pays, dont la France en 2021.