Mesure « forte » de compétitivité ou « vieille lubie »: la baisse prévue des impôts de production des entreprises a mis l'Assemblée nationale sous tension jeudi, lors de l'examen du projet de budget 2021.

Il s'agit d'une mesure « salutaire et nécessaire » pour « toutes les entreprises », alors que le niveau élevé de ces impôts en France « empêche de relocaliser de l'emploi », a affirmé le rapporteur du budget Laurent Saint-Martin (LREM). « Ce n'est pas pour faire plaisir à je ne sais quel patronat, je ne sais quelle entreprise ».

« Nous voulons que la France sorte plus forte de cette crise » due à l'épidémie de coronavirus, a renchéri le ministre de l'Economie Bruno Le Maire.

Le projet de loi de finances examiné en première lecture prévoit un total de 10 milliards de baisse, via la réduction de moitié de la contribution sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE), soit -7 milliards d'euros, et la baisse de moitié des impôts fonciers (CFE) pesant sur les sites industriels (-3,3 milliards).

Cette baisse était dans les tuyaux du gouvernement bien avant la crise, mais est présentée comme une mesure participant à la relance et préparant l'avenir.

Il s'agit d'une « vieille lubie » et « la crise a bon dos », a jugé la socialiste Christine Pires Beaune.

« C'est avec ça que vous prétendez relocaliser ? Vous nous prenez pour des crétins ! », s'est récrié l'insoumis François Ruffin, accusant le gouvernement d'être « complice d'Amazon, de Bridgestone, de Sanofi ».

Ce sont les « discours de La France insoumise », ses « grandes accusations » qui ont contribué à « la saignée industrielle dans notre pays », a pointé en retour M. Le Maire, sous les huées de la gauche.

Pour le groupe EDS composé d'ex-« marcheurs », Emilie Cariou a évoqué un « chèque cadeau » de CVAE, profitant surtout aux plus grandes entreprises, selon elle. Rapporteur et ministre se sont inscrits en faux : la baisse des impôts profiterait pour 41% aux entreprises de taille intermédiaire (ETI) et à 33% aux PME et TPE.

La droite a elle applaudi la mesure, déplorant cependant que l'« on reste au milieu du gué » avec la réduction seulement de moitié de la CVAE.

« Vous laissez les collectivités en difficulté », qui reçoivent la CVAE, a aussi souligné Véronique Louwagie (LR), à l'unisson de plusieurs groupes d'opposition. Le gouvernement assure qu'il compensera « à l'euro près ».

Lors de cette séance agitée, un bref incident a opposé le président de séance David Habib (PS) à l'insoumise Clémentine Autain, qui lui reprochait sa « plus grande agressivité à l'égard des femmes qu'à l'égard des hommes ». M. Habib a dénoncé des accusations « inacceptables ».