Le taux d’épargne des ménages va atteindre les 20,3% sur l’ensemble de 2020. Les Français sont convaincus qu'ils doivent continuer à épargner dans le contexte actuel.

C’est du jamais vu depuis plus de 40 ans selon l’Insee. Le taux d’épargne des ménages va franchir la barre des 20% cette année. En moyenne, il serait ainsi de 20,3% sur l’ensemble de 2020. C’est plus de 5 points supérieurs à celui de 2019, indiquent ce mercredi Les Echos.

Il faut dire que le confinement y est pour beaucoup. Bloqués chez eux, les particuliers ne pouvaient plus consommer comme avant. Au premier semestre, les Français ont ainsi mis 77 milliards d’euros de côté de plus d’après la note de conjoncture de l’Insee publiée mardi soir. L’organisme parle « d’épargne forcée ». Au total, selon les calculs de La Banque de France, ce chiffre va atteindre les 100 milliards d’euros d’ici la fin de l’année.

« Cela veut dire que les Français sont inquiets pour l'avenir et qu'ils mettent de côté de l'épargne de précaution. Je veux leur dire que la meilleure façon de se protéger est de consommer dans l'économie française et de refaire démarrer notre économie », réclamait dernièrement, Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie, lors d'un entretien sur BFMTV. Sauf que le message ne passe pas.

Dans la dernière enquête mensuelle consacrée au moral des ménages, ces derniers sont surtout convaincus de la nécessité de mettre de l'argent de côté. « En septembre, la part des ménages estimant qu’il est opportun d’épargner est en hausse pour le cinquième mois consécutif. Le solde correspondant augmente vivement, gagnant 9 points, et se situe très au-dessus de sa moyenne de longue période », écrivait l'Insee.

Protégez votre compagnon grâce à notre comparateur d'assurances animaux

« Avec le rebond de la consommation – même atténué en fin d’année – le taux d’épargne des ménages qui avait quasiment doublé au deuxième trimestre reviendrait autour de 17% au second semestre, un niveau légèrement supérieur à celui d’avant-crise », anticipe l’Insee dans sa note de conjoncture.