La Bourse de New York a terminé en ordre dispersé mercredi après des déclarations de la Banque centrale américaine (Fed) promettant des taux bas pour longtemps mais prévenant d'un « long chemin » avant de retrouver le plein emploi.

A la clôture mercredi, le Dow Jones Industrial Average a terminé en modeste hausse de 0,13% à 28.032,38 points tandis que le Nasdaq a perdu ce qu'il avait gagné la veille, s'inscrivant en baisse de 1,25% à 11.050,47 points.

Le Nasdaq, qui regroupe les valeurs technologiques et qui avait subi de fortes pertes la semaine dernière, est resté dans le rouge, lesté par Amazon (-2,47%), Apple (-2,95%) et Tesla (-1,78%).

L'indice élargi S&P 500 a terminé légèrement dans le rouge, perdant 0,46% à 3.385,49 points.

Pour Quincy Krosby de Prudential, le diagnostic de la Fed a globalement été interprété de façon positive par le marché, notamment du côté des petites et moyennes entreprises.

Le président de la Réserve fédérale Jerome Powell a affirmé qu'une nouvelle aide financière aux ménages et entreprises américains serait « probablement nécessaire » pour permettre à l'économie de se relever de la crise provoquée par la pandémie de Covid-19.

L'indice Russell 2000, qui regroupe les petites capitalisations, est en effet resté solidement dans le vert, gagnant 0,92%.

« Les estimations d'évolution des taux les montrent maintenus au moins jusqu'en 2023 » à leur niveau actuel entre 0% et 0,25%, a souligné pour sa part Kathy Bostjancic, d'Oxford Economics.

« Cela soutient notre prévision que la Fed va conserver les taux proches de zéro jusqu'à mi-2024, peut-être plus longtemps », affirme cette économiste.

Entrée réussie pour Snowflake

Des annonces de résultats meilleures que prévu de la part du transporteur FedEx (+5,76% à 250,30 dollars) ont donné de l'élan au titre : son bénéfice a bondi entre juin et août grâce à l'engouement des consommateurs pour les commandes en ligne pendant la pandémie.

Le conglomérat américain General Electric a grimpé de 10,66% à 6,75 dollars à l'annonce d'une prévision de trésorerie positive pour la seconde partie de l'année.

L'action Kodak s'est envolée, gagnant 36,6% en fin de séance à 8,51 dollars, après un rapport exonérant le groupe de délit d'initié en rapport avec un prêt gouvernemental reçu pour produire des composants de médicaments génériques.

Facebook a perdu 3,27% à 263,52 dollars après des informations de presse indiquant que le géant des réseaux sociaux pourrait faire l'objet de poursuites antitrust de la part de la Commission de la concurrence américaine (FTC).

« En saison d'introductions en Bourse, il arrive que les investisseurs vendent de leurs actifs pour participer à une IPO » (Initial Public Offering), a avancé Mme Krosby.

C'est peut-être ce qu'il s'est passé pour Snowflake, la société de stockage de données dans le cloud, entrée en Bourse en trombe mercredi. Snowflake a doublé la mise : alors que son prix d'introduction était fixé à 120 dollars, il a plus que doublé pour terminer à 253,93 dollars.

Il s'agit, avec ce groupe fondé par deux Français en Californie, de la plus grosse entrée en Bourse sur la place new-yorkaise depuis le début de l'année.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine progressait à 0,6977% contre 0,6700% mardi soir.