Si vous avez épargné pendant le confinement, il faut décider où placer ces sommes d'argent. Il est essentiel de bien évaluer ses besoins à court, moyen, long terme et sa capacité à supporter un risque de perte. Tour d'horizon des options possibles.

Depuis le début de la crise sanitaire les Français ont accumulé près de 85 milliards d'euros d'épargne. Mieux, la Banque de France table sur un montant supérieur à 100 milliards d'ici fin 2020. Comment placer ces sommes qui dorment trop souvent sur un compte courant ? L'Autorité des marchés financiers (AMF) - qui invite régulièrement à se méfier des offres trop belles pour être vraies - rappelle en cette rentrée le b.a.-ba, avec cette maxime pour ligne directrice : il n'est pas possible de gagner beaucoup, sans prendre des risques importants pour son capital.

Epargne de précaution

Les comptes d'épargne réglementée sont considérés comme un placement de précaution car l'argent est disponible immédiatement et sans frais. Mais question rendement, ce sont aussi les plus limités. Ainsi le Livret A (22 950 euros maximum) ou le Livret de Développement Durable et Solidaire (LDDS, 12 000 euros maximum), plafonnent à 0,5% de rémunération depuis février 2020 et probablement pour un long moment encore.

Livret A : 1 000 euros, ça fait combien d'intérêts en un an ?

Le livret d’épargne populaire (LEP), et son plafond de 7 700 euros, procure quant à lui un revenu de 1% net d'impôts par an mais n'est accessible que sous conditions de ressources. Pour l'année 2020, le revenu fiscal de référence de l'impôt payé en 2019 sur l'année 2018 ne doit pas dépasser 19 997 euros pour un célibataire et 30 645 euros pour une famille avec deux enfants.

L'épargne à moyen terme

« Un placement offre cependant à la fois une garantie de capital et une rémunération supérieure à celle des livrets : les fonds en euros de l'assurance-vie, qui rapportaient encore 1,5% en moyenne en 2019 », précise l'AMF. Mais pour 2020, les projections ne sont pas meilleures sur fond de crise sanitaire et de taux bas persistants.

EXCLUSIF. Assurance vie : 2 ans de rendement perdus à cause des frais sur versement !

Dans ce contexte, le plan d'épargne logement ou PEL deviendrait alors le placement de moyen terme le mieux rémunéré, selon l'AMF. Ceux ouverts depuis octobre 2016 rapportent 1% et pour ceux ouverts avant, la moyenne de rendement est de 2,63% selon la Banque de France.

« Tant que les obligations d'Etat à 5-10 ans ne seront pas mieux rémunérées sur les marchés financiers, il n'existera plus de placement garanti rapportant à coup sûr plus de 1% par an dans les prochaines années », assure l'AMF. Pour augmenter ses gains sur cet horizon, il faudra prendre plus de risques.

Investissez dans les PME françaises - 3 plateformes comparées

L'épargne au long cours...

Pas de projet à court ou moyen terme ou alors il vous reste encore une partie de vos économies à placer et vous êtes prêt à viser une meilleure rémunération en ayant conscience des risques ? L'AMF conseille alors de regarder du côté des marchés financiers.

« Historiquement, un placement diversifié en actions sur 15-20 ans a procuré 5 à 7% de rendement par an en moyenne. A certains moments, c'est moins (2 à 3%), tandis qu'à d'autres, c'est plus de 10% par an. Tout dépend des dates d'investissement et de revente, des cycles des marchés boursiers. Mais à la longue, les placements en actions procurent un rendement plus élevé que les placements garantis ».

Mais avant d'y succomber, l'AMF rappelle trois conditions pour en tirer le meilleur parti : ne pas avoir besoin de l'argent investi avant de nombreuses années ; être optimiste pour la croissance économique dans les prochaines années ; bien diversifier et investir régulièrement.

Voir aussi : le mode d'emploi pour investir en bourse