Les 100 milliards d’euros de « sur-épargne » causés par le confinement et par la crise sanitaire, attendus pour la fin 2020 ? Les Français n’en sont plus très loin : le curseur dépasse les 85 milliards fin juillet selon la Banque de France.

« Les Français ont accumulé une épargne qui pourrait être d’environ 100 milliards d’euros à la fin de cette année » : début juin, le gouverneur de la Banque de France François Villeroy de Galhau pointait le « réservoir de consommation » que les Français ont accumulé depuis mars et le début du confinement. Mois après mois, cette estimation prend du crédit : dans une note mesurant « l’impact de la crise du Covid-19 » publiée ce vendredi 4 septembre, la Banque de France chiffre à 85,6 milliards d’euros l’épargne financière accumulée par les Français sur la période mars-juillet 2020.

Évidemment, cette « sur-épargne », causée à la fois par une absence de consommation au printemps 2020 et par la peur du lendemain, ne concerne pas l’ensemble de la population. Un sondage publié en juin dernier par le courtier Altaprofits montre que ces économies supplémentaires concernent environ un quart de la population, les trois quarts restants n’ayant pas réussi à économiser ces derniers mois.

62,3 milliards d’euros en plus sur les comptes courants

Mais la frange de la population qui a épargné plus qu’à l’accoutumée le fait de façon abondante. La majeure partie de cette « sur-épargne » s’est constituée pendant le confinement, à hauteur de 67,5 milliards d’euros selon la Banque de France sur la période mars-mai 2020. Depuis, les Français concernés ont tout de même mis de côté 20 milliards d’euros supplémentaires.

Vos projets au meilleur taux grâce à notre comparatif des prêts conso

Où placent-ils cet argent ? Cette « épargne surprise » s’accumule en premier lieu sur les comptes courants : la Banque de France estime ainsi que les dépôts à vue (autrement dit les comptes courants) se sont gonflés de 62,3 milliards d’euros depuis le début du mois de mars…

Lire aussi : Compte bancaire : 5 questions sur l'épargne qui dort depuis le confinement