2 361 euros, tel est le coût moyen de la rentrée universitaire pour un étudiant de 20 ans en licence, non boursier, selon le baromètre annuel de la Fage. Un coût en hausse de 76 euros, à cause de l’augmentation des loyers et des frais supplémentaires liés à l’épidémie de Covid-19.

3,21% plus cher qu’en 2019 ! Voilà l’augmentation qui attend les étudiants – non boursiers et non logés chez leurs parents - pour cette rentrée universitaire selon le baromètre annuel de la Fage (1). « Cette évolution importante s’explique notamment par l’arrivée de nouvelles dépenses obligatoires pour les étudiants en raison de la crise sanitaire, comme les masques », explique Orlane François, présidente de la Fage. « De plus, si des premières mesures ont été prises par le gouvernement pour venir lutter contre la précarité comme la baisse du prix de la restauration universitaire à 1 euro pour les boursiers et l’augmentation des bourses de 1,2%, elles ne concernent que les étudiants boursiers. »

Prenons le cas d’un étudiant en « régions » (hors cas particulier de l’Ile-de-France) : selon la Fage, le coût moyen de la « vie courante » grimpe à 1 131,53 euros par mois, en hausse de près de 5%, et les frais spécifiques à la rentrée (payés une fois par an) grimpent à 1 152,41 euros, soit 1,7% de plus qu’en 2019. Au total : 2 283,94 euros pour cet étudiant. Une moyenne qui monte à 2 545,82 euros en région parisienne, à cause du coût plus élevé de la vie et du logement.

Voici les coûts mensuels « de vie courante » pour un étudiant non Parisien selon la Fage :

  • loyer : 490,84 euros par mois
  • repas au restaurant universitaire : 66 euros
  • téléphone et internet : 51,32 euros
  • transports : 101,83 euros
  • loisirs : 74,80 euros
  • alimentation, vêtements, hygiène : 314,99 euros
  • masques : 31,75 euros

La nouveauté de cette rentrée 2020 est évidemment le coût des masques pour les étudiants, qui devront en porter en cours. Comment la Fage a-t-elle calculé ce coût de plus de 30 euros par mois pour les masques ? « Il faut les changer toutes les 4 heures. Selon les recommandations de l’Afnor, l’association française de normalisation, il faudra idéalement trois masques pour la journée : un pour le matin, un pour l’après midi et un autre de secours. » La Fage réclame donc des « distributions gratuites » dans « l’ensemble des universités de France et ce dès la rentrée ». La fédération étudiante insiste sur le fait que ces plus de 30 euros par mois représentent « de quoi se nourrir tous les midis pendant deux semaines en restauration universitaire ».

Prêt travaux : les crédits les moins chers pour votre maison

Quant aux coûts ponctuels liés à la rentrée, le premier poste d’augmentation est la complémentaire santé, « qui enregistre une hausse sans précédent de 3,9% au niveau national ». La Fage constate aussi une hausse du coût d’achat du matériel pédagogique, et de la Contribution de vie étudiante et de campus (CVEC), qui passe de 91 à 92 euros et qui s’ajoute aux frais d’inscription pour les non boursiers.

Voici les coûts ponctuels à la rentrée universitaire pour un étudiant non Parisien selon la Fage :

  • droits d’inscription : 170 euros
  • contribution de vie étudiante et de campus : 92 euros
  • complémentaire santé : 325,54 euros
  • frais d’agence immobilière : 243 euros
  • assurance logement : 65,72 euros
  • matériel pédagogique : 256,15 euros

Le syndicat étudiant Unef a lui aussi publié son étude annuelle portant sur le coût de la vie étudiante ce lundi 17 août, estimant la hausse à 3,69% par rapport à 2019. La présidente de l’Unef Mélanie Luce lance également un appel sur le coût de l’équipement face à la pandémie de coronavirus : « La crise sanitaire s'impose à tout le monde, si les établissements peuvent prendre en charge les masques pour les personnels, ceux des étudiant.e.s doivent aussi être rendus gratuits. »

(1) Fédération des associations générales étudiantes.