Le paiement est réalisé en toute confidentialité à l’aide d’un terminal sécurisé de la Française des Jeux et sans intervention directe du buraliste. Ce service est disponible à partir du mardi 28 juillet dans plus de 5 000 bureaux de tabac partenaires.

Après une longue phase de test dans 19 départements français (1), le paiement de proximité sera possible chez plus de 5 000 buralistes partenaires de l’opération, répartis dans 3 400 communes, dès le mardi 28 juillet. Concrètement, il sera possible de payer les factures de cantine, de crèche, d'hôpital ou encore des amendes directement au bureau de tabac le plus proche de votre domicile [la carte en lien doit être mise à jour « au fur et à mesure »]. Vous pouvez ainsi régler un avis de paiement jusqu’à 300 euros en espèces, ou par carte bancaire, sans plafond. Pour cela, il suffit de vérifier que la mention « payable auprès d’un buraliste » figure dans les modalités de paiement, puis de scanner la facture à l’aide du « QR code » présent sur le document.

Pour les impôts (contribution à l'audiovisuel public, solde de l'impôt sur le revenu, taxes d'habitation ou foncières d'un faible montant, etc.), il est aussi possible de les régler en espèces ou par carte bancaire mais uniquement dans la limite de 300 euros. Si le montant est supérieur, l'avis d'impôt devra être réglé par voie dématérialisée sur impots.gouv.fr. Il ne sera en revanche pas possible de régler par chèque chez votre buraliste. Le paiement est réalisé en toute confidentialité à l’aide d’un terminal sécurisé de la Française des Jeux et sans intervention directe du buraliste à qui il n’est pas nécessaire de présenter la facture en question.

Retraite : épargnez en payant moins d'impôts. 12 contrats comparés

Le ministère de l’Economie et des Finances évalue à 2 millions le nombre de factures du quotidien qui pourraient ainsi être réglées. Pendant la phase test, les paiements ont été répartis comme suit : 54% sont des factures locales (crèche, cantine, hôpital), 38% des amendes et seulement 8% des factures fiscales. L’objectif de cette mesure est notamment d’offrir un service de proximité au demi-million de Français qui ne disposent pas de compte bancaire, de connexion Internet ou de moyen de transport.

(1) L’Aveyron, le Calvados, la Charente-Maritime, la Corrèze, les Côtes-d'Armor, l’Eure-et-Loir, la Corse du Sud, le Gard, la Loire, la Marne, l’Oise, le Bas-Rhin, la Haute-Saône, la Seine-et-Marne, les Yvelines, le Vaucluse, les Hauts de Seine, la Guadeloupe, la Martinique.