Plan du site Rechercher

Transport de fonds : fin du conflit chez Loomis, dans la Loire

Fourgon blindé Brink's
CC Kevin B / Own work

Les salariés du groupe suédois Loomis, en grève dans la Loire depuis mercredi dernier, ont signé un protocole de fin de conflit lundi soir, a-t-on appris de source syndicale.

La trentaine de convoyeurs de fonds de l'établissement de La Talaudière ont accepté de mettre fin à la grève observée par la totalité d'entre eux et de reprendre le travail mercredi à 5h00, a annoncé à l'AFP un de leurs représentants CGT.

La direction de Loomis France a accepté de leur rémunérer une seule journée de droit de retrait en mars quand l'insuffisance des équipements de protection avait été constatée lors d'un contrôle effectué sur place par l'inspection du travail, selon les salariés concernés.

Selon la direction du groupe, la demande de rémunération des autres jours de droit de retrait, pour certains salariés, sera étudiée dans les prochaines semaines.

La direction s'engage par ailleurs à porter une attention accrue à l'entretien des fourgons blindés utilisés par les convoyeurs, mais a refusé de revenir sur le licenciement pour faute de l'un d'entre eux, la semaine dernière, présenté comme « abusif » par ses collègues.

Loomis France a annoncé par ailleurs l'organisation de réunions de préparation à la fusion de ses sites de La Talaudière et de Saint-Étienne, prévue au dernier trimestre 2020.

Ce mouvement social qui a touché le numéro du transport de fonds dans l'Hexagone avait démarré au lendemain du licenciement d'un convoyeur pour « avoir fumé à l'intérieur du garage des véhicules et pour la façon dont était fixé le holster contenant son arme de service. Des pratiques jusqu'alors tolérées par notre entreprise où ce salarié travaille depuis 21 ans », selon un représentant de la CGT.

Ce dernier estime que le groupe suédois, qui a racheté en juillet 2019 l'activité transport de fonds exercée dans l'Hexagone par son concurrent espagnol Prosegur, « tente de cette manière abusive de réduire sa masse salariale en économisant la mise en place d'un PSE ».

Contactée par l'AFP, la direction de Loomis n'a pas souhaité s'exprimer sur le conflit social.

Partager cet article :

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2020 Agence France-Presse.

https://www.moneyvox.fr/actu/MoneyVox
Commentaires

Soyez le premier à réagir à cette actualité !