Plan du site Rechercher

Les ETI demandent 30 mds EUR d'impôts de production en moins dès 2021

Ministère de l'économie et des finances, Bercy, Paris
© VM / cBanque / Juin 2019

Le Mouvement des entreprises de taille intermédiaire (METI) demande une baisse de 30 milliards des impôts de production en France dès 2021, a déclaré son coprésident Frédéric Coirier à l'AFP.

Selon une étude publiée samedi par le METI, les entreprises de taille intermédiaire (ETI) devraient voir leur chiffre d'affaires diminuer de 20% cette année.

Face aux risques de défaillances, le METI espère, plutôt qu'un soutien conjoncturel « éclaté en plans sectoriels », « une réforme structurelle de l'écosystème de compétitivité » en France, selon ce document.

« 30 milliards, ça peut paraître beaucoup, très vite, mais ça part du constat que ça nous permettrait de revenir à peu près à la moyenne européenne », a expliqué M. Coirier.

Les différents impôts de production en France, (C3S, CFE, CVAE...) rapportent 72 milliards par an à l'Etat et aux collectivités, soit à peu près autant que l'impôt sur le revenu.

« Aujourd'hui, les impôts de production en France sont globalement deux à trois fois supérieurs à la moyenne européenne et sept fois supérieurs à l'Allemagne », selon M. Coirier, qui souligne la nécessité de frapper « vite et fort » dans un « contexte de fragilité » des entreprises en sortie de crise sanitaire.

« Si on veut redémarrer à armes égales avec nos concurrents, il faut que les entreprises françaises aient les mêmes conditions. On ne peut pas repartir avec un sac de pierre sur le dos », a souligné le coprésident du METI en appelant à éviter la même erreur qu'après la crise financière de 2008, lorsqu'« on a fait des plans de relance sectoriels, mais on a pas traité le fond ».

« Du coup ça a relancé la demande, mais surtout celle des produits importés et ça n'a pas empêché une désindustrialisation massive », a-t-il regretté.

La majeure partie des impôts de production est payée par les entreprises industrielles, même si d'autres sociétés, dans les services ou les transports et la logistique, y sont également assujetties.

Certains de ces impôts comme la cotisation foncière des entreprises (CFE) représentent des charges fixes qui ne diminuent pas les mauvaises années comme celles qui sont assises sur les résultats de la société.

Partager cet article :

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2020 Agence France-Presse.

https://www.moneyvox.fr/actu/MoneyVox
Commentaires

Soyez le premier à réagir à cette actualité !