La plateforme en ligne Birdee sera bientôt accessible dès 50 euros d’épargne, contre 1 000 euros actuellement. Bémol, ce nouveau minimum ne concerne pas l’assurance vie proposée par cette fintech.

A partir du 12 juin, Birdee prend son envol en se démarquant davantage des autres robo-advisors comme Yomoni ou Nalo. En effet, dès cette date, les particuliers pourront ouvrir un portefeuille sur cette plateforme avec 50 euros d’épargne seulement, contre 1 000 euros actuellement. De quoi faire de cette fintech, membre du groupe BNP Paribas, le robo-advisor le plus accessible du marché ! Ses concurrents demandent en moyenne un premier versement d'au moins 600 euros.

Qui plus est, les versements ultérieurs sur Birdee resteront libres. Aucun montant minimum ne sera exigé pour les versements supplémentaires, précise ainsi la fintech. « Nous avons constaté que le montant de 1 000 euros minimum constituait un frein énorme, particulièrement chez les primo-investisseurs désireux de souscrire une offre chez Birdee. Nous pensons qu’aujourd’hui, et plus particulièrement en période d’incertitudes fortes, l’accomplissement des projets financiers de chacun ne doit plus être conditionné à un montant minimal conséquent », commente par communiqué Gaël Minon, directeur de Birdee.

Économisez jusqu'à 50% sur votre assurance emprunteur

Bémol de taille : ce nouveau seuil d’investissement s’applique uniquement aux compte-titres de la fintech, et pas à Birdee Vie, l’assurance vie lancée en novembre 2019. Son ouverture nécessite, elle, toujours d’y allouer au moins 1 000 euros d’épargne, soit le même ticket d’entrée que pour les assurances vie proposées par Yomoni et Advize. Le contrat de We Save est encore plus facile d’accès avec seulement 300 euros requis à l’ouverture.

Consulter par ailleurs le comparatif d’une sélection d’assurances vie