Les cadeaux de votre employeur, les revenus de co-voiturage, voire même les chèques vacances et les titres-restaurant doivent, dans certains cas, figurer dans la déclaration de revenus.

Ne les oubliez pas ! Votre déclaration des revenus 2019 - a réalisé d'ici la mi-juin - est l’occasion de faire le point sur des rentrées d'argent plus ou moins exceptionnelles que vous devez signaler. En voici quelques-unes.

Les cadeaux de l’employeur

En principe, pas besoin de les déclarer s'ils sont sans lien direct avec votre activité professionnelle et qu’ils vous sont offerts pour un événement particulier (naissance d'un enfant, adoption, mariage, pacs, départ à la retraite, fête des mères et des pères, Sainte-Catherine, Saint-Nicolas ou encore Noël pour les salariés et les enfants jusqu’à 16 ans révolus dans l’année civile). Le cadeau peut être en nature, un chèque-cadeau ou un bon d'achat. Mais attention, sa valeur ne doit pas dépasser 169 euros par événement en 2019. Un plafond porté à 171 euros en 2020. A noter que, pour Noël, ce plafond s'applique par enfant.

Titres restaurant, chèques vacances…

De nombreuses prestations (RSA, prime d’activité, allocations logement, prestation familiales, prestations liées à une situation de handicap…) sont exonérées d'impôt sur le revenu. Mais dans certains cas, il faut déclarer la somme qui dépasse un plafond. C’est le cas par exemple pour les titres restaurant quand la participation de l’employeur est supérieure à 5,52 euros par ticket, pour les chèques vacances quand la participation annuelle de votre patron complétée, le cas échéant, par le comité d'entreprise, dépasse le montant mensuel du SMIC (1 539,42 euros).

Les revenus du co-voiturage

Quand vous prenez des particuliers en covoiturage, vous n'avez pas à déclarer de revenus si vous effectuez le déplacement pour votre propre compte ; que le prix proposé aux passagers n'excède pas les frais engagés (carburant, péage), et que vous en payez aussi une partie. Si ces conditions ne sont pas respectées, il s’agit d’une activité professionnelle non-salariée. Les revenus sont alors imposés selon le régime micro BIC (bénéfices industriels et commerciaux) ou réel, sauf si vos recettes sont inférieures à 305 euros par an.

Lire aussi : Le Bon Coin, Airbnb, Blablacar... Comment déclarer vos gains aux impôts

Prêt d’argent entre particuliers

Si vous avez accordé un ou plusieurs prêts pour un montant total de plus de 760 euros sur l'année, il faut remplir le formulaire n°2062 et déclarer, si c’est le cas, les intérêts perçus dans votre déclaration annuelle.

Voir aussi : Comment prêter de l'argent (sans risque) à ses proches en galère

Activités extra-professionnelles

Tout revenu (soutien scolaire, bricolage, garde d’animaux, achat ou fabrication de biens pour les vendre…) est imposable, par principe, quel que soit son montant. Toutefois, vous êtes exonéré si vos revenus annuels 2019 ne dépassent pas certains seuils et dans certaines situations. C’est le cas par exemple de la vente de fruits et légumes si votre potager est accolé à votre propriété bâtie et que celui-ci fait moins de 500 m2.