L'heure de déclarer vos revenus 2019 a sonné. Comme chaque année, il est possible de rattacher certaines personnes à votre déclaration de revenus. Pour vérifier si vous y avez intérêt, il faut d'abord connaître les différentes possibilités de rattachement.

Voici un bon moyen de réduire, en principe, le montant de ses impôts : le rattachement. En effet, les personnes ainsi ajoutées à votre déclaration viendront majorer, dans la plupart des cas, le nombre de parts de quotient familial. Mais qui peut-on rattacher et à quelles conditions ?

Enfants mineurs ou handicapés

Il y a tout d'abord les enfants à charge de droit, qui sont les enfants mineurs du contribuable. Il doit s'agir d'enfants dont la filiation est légalement établie, c'est-à-dire d'enfants reconnus ou adoptés. Il n'est pas indispensable qu'ils vivent sous le même toit que le contribuable pour être comptés « à charge ». Les deux premiers enfants comptent chacun pour une demi-part. Au-delà chaque enfant « vaut » une part. Les enfants à charges mineurs sont à notés en case F (garde principale) ou H (garde alternée) de la déclaration de revenus .

Si l'enfant a une carte d'invalidité d'au moins 80% ou la carte mobilité inclusion avec la mention « invalidité », vous bénéficiez d'une part supplémentaire au lieu d'une demi-part (ou d'une part et demie au lieu d'une part à partir de la troisième personne à charge). Dans ce cas, il faut le préciser en case G (garde principale) ou I (garde alternée).

Enfin, les enfants de moins de 18 ans recueillis par un contribuable - et dont l’entretien est assuré par ce dernier - sont rattachables. « Cette disposition est applicable sans qu'un lien de parenté ou d'alliance soit nécessaire entre le contribuable et l'enfant », précise le Bulletin officiel des Finances publiques.

Comparatif livrets d'épargne : 8 offres comparées, jusqu'à 2% de rendement

Enfants majeurs

Les enfants majeurs peuvent demander à être rattachés à la déclaration de leurs parents (ou de l'un de leur parent) s'ils ont moins de 21 ans au 1er janvier de l'année d'imposition ou moins de 25 ans s'ils poursuivent des études. Cette notion de poursuite d'études s'entend au sens large : étudiant, apprenti, formation professionnelle... Ces enfants doivent être mentionnés en case J de la déclaration de revenus.

Lire aussi : Quels revenus déclarer aux impôts pour un enfant majeur rattaché ?

Les enfants majeurs présentant un handicap peuvent être rattachés sans condition d'âge. Il suffit de cocher la case F (garde principale) ou H (garde alternée). Il n'est pas indispensable que ces enfants aient une carte d'invalidité pour bénéficier de cette possibilité. Par exemple, les parents ayant un enfant autiste peuvent le rattacher indéfiniment si son handicap ne lui permet pas d'être autonome, et ce même s'il a son propre logement. En revanche, si l’enfant est titulaire d'une carte d'invalidité d'au moins 80% ou de la carte mobilité inclusion avec la mention « invalidité », les parents bénéficient d'une part supplémentaire au lieu d'une demi-part. Dans ce cas, il faut le noter en case G (garde principale) ou I (garde alternée).

La situation peut se compliquer si votre enfant majeur est marié, pacsé ou chargé de famille. Dans ce cas, il doit être mentionné en case N et non en case J. Vous compterez 1 personne rattachée par tête, c'est-à-dire votre enfant mais aussi son conjoint/partenaire et/ou chacun de leurs enfants. A noter qu'un seul des conjoints doit remplir la condition d'âge et que le couple peut demander son rattachement aux parents de l'un ou l'autre des époux.

Exemple : Julien, 20 ans, est marié avec Jeanne, 40 ans. Julien a moins de 21 ans, le couple remplit les conditions pour demander le rattachement aux parents de Julien ou à ceux de Jeanne.

Les personnes mentionnées en case N ne donnent pas droit à des parts en plus. Les parents (ou les beaux-parents) bénéficient d’un abattement sur leur revenu imposable de 5 947 euros par personne, soit 11 894 euros pour un couple sans enfant ou un célibataire avec un enfant, ou 17 841 euros pour un couple avec un enfant. « L’abattement de 5 947 euros est divisé par deux si les enfants de la personne rattachée (vos petits-enfants) sont en résidence alternée », précise le guide 2020 des impôts consacré aux enfants à charge.

Les personnes invalides

Toute personne titulaire de la carte d'invalidité et vivant sous votre toit peut être rattachée à votre déclaration de revenus. Il n'est pas nécessaire d'avoir un lien de parenté. Ces personnes sont à mentionner en case R. Cette possibilité est rarement utilisée de nos jours.