Les assureurs doivent diminuer les cotisations demandées aux particuliers pour assurer leurs véhicules, a jugé lundi l'UFC-Que Choisir, l'une des principales associations de consommateurs, au motif que la crise du coronavirus fait chuter le trafic et donc le nombre d'accidents.

« Face à la crise budgétaire à laquelle les ménages sont confrontés, l'UFC-Que Choisir demande aux pouvoirs publics que les économies des assureurs bénéficient intégralement aux assurés », a déclaré l'association dans un communiqué. Son raisonnement est le suivant : le trafic routier a chuté à la suite du confinement imposé depuis mi-mars pour lutter contre la propagation du coronavirus. Les accidents de voiture et de moto ont donc drastiquement diminué, réduisant à leur tour les indemnisations que doivent verser les assureurs.

« Les tarifs 2020 sont désormais obsolètes »

Le secteur fait donc d'importantes économies qui doivent, selon l'UFC Que Choisir, bénéficier en retour aux consommateurs. « Alors que les restrictions de déplacement du confinement sont sans précédent, les tarifs des assurances automobiles pour 2020 sont désormais obsolètes », juge l'association. De fait, le nombre d'accidents corporels a baissé de plus de 40% en mars, selon les chiffres de la sécurité routière.

Mais l'UFC Que Choisir estime que ce chiffre, qui s'applique en partie à une période où le confinement n'était pas encore en place, est encore loin d'en donner la mesure. Elle estime à plus de 90% la chute des accidents à la suite des mesures contre le Covid-19. En conséquence, l'association estime que le secteur devrait baisser d'au moins 1,7 milliard d'euros l'ensemble des cotisations. Selon les scénarios imaginés, ce montant pourrait monter jusqu'à 2,8 milliards.

Quant au scénario médian, il évoque une baisse de 2,2 milliards d'euros, ce qui se traduirait en moyenne par une baisse de 50 euros pour les assurances automobiles et 29 euros pour les motos. Plusieurs assureurs ont déjà pris des mesures en ce sens, dont Maif et la Matmut, mais la fédération du secteur, la FFA, n'a pas pris position sur le sujet.