Ce printemps vous allez déclarer pour la première fois vos ressources à l’administration fiscale. Voici quelques explications pour remplir votre déclaration de revenus.

Vous avez environ 20 ans ? Que vous soyez en emploi fixe ou non, il est peut-être l’heure, pour vous, de remplir votre toute première déclaration de revenus. Eh oui ! Bien que l’administration fiscale puise désormais à la source l’impôt – comprenez avant que votre rémunération arrive sur votre compte en banque –, déclarer ses revenus reste obligatoire. Pour vous, jeune novice, cette déclaration va aussi servir à actualiser votre taux de prélèvement à la source, applicable en septembre prochain.

Etes-vous vraiment obligé de déclarer vos revenus ?

En théorie, votre vie fiscale commence à 18 ans, âge à partir duquel vous pouvez déclarer personnellement vos revenus. Toutefois, jusqu’à vos 21 ans (au 1er janvier de l’année 2019, en l’occurrence), vous pouvez demander à être rattaché au foyer fiscal de vos parents. Si vous êtes âgé de 21 à 25 ans (personne née au plus tard en 1994) et que vous êtes toujours étudiant, vous pouvez, là encore, continuer à faire déclaration commune avec vos parents.

En pratique, c'est souvent vos parents qui statueront sur le bien-fondé de vous garder à charge. Car votre présence ou non est un levier pour optimiser leur imposition. Concrètement, si vous êtes sans ressource imposable ou significative, ils auront tout intérêt à vous garder rattaché à leur foyer fiscal... Votre présence leur donne en effet droit à une augmentation du nombre de parts, ce qui en résulte une baisse d'impôts. En revanche, si vous avez votre propre source de revenus, il se peut que vos parents gagnent à vous dissocier d'eux afin d'abaisser le revenu net imposable total du foyer fiscal.

Lire aussi : Comment rattacher vos enfants à votre foyer fiscal

A partir du moment où vous n’êtes plus adossé au foyer fiscal de vos parents, vous devez compléter votre propre déclaration, que vous ayez ou non perçu des revenus l’année précédente. Si vous n’avez pas de ressources imposables, vous indiquerez alors 0 euro dans la partie « traitements et salaires » (case 1AJ). A l'inverse en cas d'emploi salarié, il est fort probable que les services des impôts aient déjà pré-rempli votre déclaration. Vous n’avez alors qu’à vérifier les montants indiqués et à valider. S’ils sont faux, vous devrez alors les corriger.

La télédéclaration est-elle obligatoire ?

Vous êtes obligé de remplir votre avis d’imposition en ligne, à deux exceptions près. Cette obligation ne s’applique pas si vous résidez dans une zone blanche ou si vous ne vous sentez pas capable de déclarer vos revenus à distance. Sinon, la déclaration doit s’effectuer depuis votre ordinateur, votre tablette ou même votre smartphone sur le site impôts.gouv.fr ou l’application éponyme. Par ailleurs, dans la mesure où il s’agit de votre première déclaration, vous n’êtes pas éligible à la déclaration automatique de revenus.

Lire aussi : Voici la date limite pour déclarer vos revenus en 2020

Comment créer votre espace personnel sur impots.gouv.fr ?

Une fois sur le site impôts.gouv.fr (ou l’application), vous devez créer votre espace personnel. Pour ce faire, vous avez dû, dans les précédentes semaines, recevoir un courrier spécifique vous indiquant les trois identifiants requis. Identifiants à garder pour vous évidemment ! Il s’agit de votre numéro fiscal, composé de 13 chiffres, votre numéro d’accès en ligne, composé de 7 chiffres, et d'un éventuel revenu fiscal de référence. Si vous avez égaré ce courrier, contactez votre centre des impôts pour les obtenir à nouveau.

Ensuite, après vous être identifié, vous devez choisir votre mot de passe et renseigner votre adresse e-mail personnelle qui servira au fisc à prendre contact avec vous en cas de besoin. Pour finaliser la création de votre espace personnel, n’oubliez pas de cliquer sur le lien qui vous a été envoyé par courriel.

Quels revenus devez-vous déclarer ?

Comme n’importe quel contribuable, vous devez indiquer les revenus tirés de votre activité professionnelle (salaire, traitement…) ainsi que les éventuels gains obtenus de vos placements financiers ou fonciers.

A noter, si vous êtes étudiant et âgé de moins de 26 ans, vous bénéficiez de diverses exonérations. Vous n’avez ainsi pas besoin de déclarer :

  • les 4 564 premiers euros de revenus de votre job étudiant,
  • le salaire perçu dans le cadre d’un contrat d’apprentissage ou d’un stage s’il n’excède pas 18 255 euros,
  • les bourses attribuées sur critères sociaux et l’aide personnalisée au logement (APL).

De même, les indemnités que vous percevez dans le cadre d’un volontariat associatif, du service civique ou du volontariat de solidarité international ne sont pas à mentionner.

Côté épargne, les livrets réglementés (Livret A, Livret Jeune ou le LDD), ou encore les PEL de moins de 12 ans et ouverts avant 2018 ne sont pas imposables, donc pas à déclarer. En revanche, les placements fiscalisés à revenu fixe - dont font partie les livrets bancaires - sont à déclarer dans les cases 2TR « Intérêts et produits de placement à revenu fixe », 2CK « Crédit d'impôt prélèvement » et 2BH « Produits susceptibles d'ouvrir droit à la CSG déductible ». Pour vous aider, munissez-vous de l’imprimé fiscal unique (IFU) que vous a envoyé votre banque et qui récapitule case par case, les sommes à déclarer. Si vous optez pour l’imposition au barème progressif – généralement plus intéressante pour les faibles revenus -, vous devez alors cocher la case 2OP. Imposition par défaut ou barème ? Cette année, le fisc facilite le choix. « Un warning en fin de déclaration en ligne pour ceux qui n'ont pas opté [pour l'imposition au barème] et pour lesquels le calcul montre qu'ils en profiteraient » a été mis en place, explique le bureau de presse de Bercy qui gère l’activité du ministre des Comptes publics.

Voir dans le détail : Livret, PEL et CEL : comment déclarer ses intérêts aux impôts