Electricité verte : la France très en retard sur ses objectifs

Compteur d'électricité et ampoules
© vchalup - stock.adobe.com

L’année dernière, le solaire, les éoliennes ou encore la production d’énergie hydraulique ont permis de couvrir 23% de la consommation d’électricité en France. Un chiffre en légère hausse par rapport à 2018 mais très éloigné des objectifs fixés à l’horizon 2030.

C’est une nouvelle en demi-teinte que vient d'annoncer le Réseau de transport d’électricité (RTE), le Syndicat des énergies renouvelables, Enedis, l’Association des distributeurs d’électricité en France et l’Agence des opérateurs de réseaux d’énergie dans leur Panorama de l’électricité renouvelable de 2019.

D’un côté, la part de l'électricité verte progresse année après année depuis 10 ans. Alors que l’hydroélectricité, l’éolien, le solaire photovoltaïque et les bioénergies représentaient moins de 14% de la consommation électrique française en 2005, l’électricité verte assure désormais 23% de la consommation de l’Hexagone. Une proportion « en très légère hausse » par rapport à l’année dernière (22,9% en 2018), comme le souligne le communiqué commun, « notamment du fait de la montée en puissance de la production éolienne ».

Lire aussi : comment démêler le vrai du faux sur l'électricité verte

A fin 2019, le parc éolien couvre en effet 7,2% des besoins électriques des Français, contre 5,9% en 2018. Mais, ce n’est ni de l’éolien, ni de l’énergie solaire que la France tire l’essentiel de sa production d’énergie renouvelable, mais des centrales hydrauliques. Cette électricité produite en utilisant la force de l’eau assure 12% des besoins d’électricité des Français.

Toutefois, bien qu’en hausse, la production d’électricité verte reste en-deçà des objectifs fixés dans la loi de transition énergétique de 2015, censée mettre en application l’Accord de Paris sur le climat. Celle-ci vise à porter à 40% en 2030 la part des énergies vertes dans la consommation finale d’électricité, avec un objectif intermédiaire de 27% d’électricité renouvelable en 2020. Celui-ci a été rappelé en septembre dernier par le Commissariat général au développement durable. Autrement dit, pour être dans les clous, la France doit accroître de 4 points d'ici la fin de l'année la part du renouvelable dans sa consommation électrique…. A vos turbines !

Lire aussi : est-il normal que l'électricité verte soit plus chère ?

Partager cet article :

© MoneyVox / MEF / Février 2020

Commentaires

Soyez le premier à réagir à cette actualité !

Ajouter un commentaire

Me prévenir en cas de nouveau commentaire