Le député LREM Laurent Saint-Martin nouveau rapporteur général du budget

Statue de Sully devant l'Assemblée nationale
DR - Assemblée nationale

Le député LREM Laurent Saint-Martin a été officiellement choisi mercredi comme nouveau rapporteur général du budget, succédant au « truculent » Joël Giraud dans cette fonction stratégique à l'Assemblée nationale.

Cette passation à mi-mandat entre MM. Saint-Martin et Giraud (LREM) a été prévue dès le début de la législature, et actée mercredi matin par une élection en commission des Finances. Il était le seul candidat.

A 34 ans, ce « vrai produit de la société civile » devient « le plus jeune rapporteur général de la Ve République », après avoir passé plus de « deux ans à observer », explique-t-il à l'AFP.

Diplômé de l'école de commerce Edhec, il « vient plutôt du monde du financement de l'entreprise » et a notamment travaillé à la Banque publique d'investissement (BPI) et pour l'opérateur boursier paneuropéen Euronext.

« Le défi que je lance à la majorité c'est : on ne laisse pas laisser filer les dépenses et la dette », dit celui qui entend « sortir de son bureau » et estime qu'il a une « responsabilité » pour expliquer aux Français l'impact des réformes pour leur pouvoir d'achat.

Il se donne un semestre pour faire de nouvelles propositions pour « faire mieux avec moins ».

Sur le dossier des retraites, il prévoit dès le prochain budget la prise en compte des mesures pour les enseignants, et estime qu'il y a « un vrai travail à faire pour bien anticiper tous les coûts liés à la réforme ».

Autre enjeu : « faire des budgets plus verts », souligne l'élu du Val-de-Marne.

Si Laurent Saint-Martin revendique « un changement dans la continuité », son profil semble a priori plus sage que celui de Joël Giraud, 60 ans. Outre son goût pour les chiffres, cet ex-radical de gauche est connu pour son humour et sa passion pour la musique metal, notamment du groupe allemand Rammstein.

« Vous avez été capable de montrer que la très grande connaissance de la matière financière pouvait passer par un caractère truculent, joyeux, parfois farceur », a d'ailleurs souri le Premier ministre Edouard Philippe en rendant hommage à M. Giraud mardi dans l'hémicycle.

« J'ai eu plusieurs hommages, je le répète à nouveau, je ne suis pas mort », a encore plaisanté Joël Giraud mercredi matin en commission des Finances, avant de laisser son fauteuil.

Partager cet article :

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2020 Agence France-Presse.

Commentaires

Soyez le premier à réagir à cette actualité !

Ajouter un commentaire

Me prévenir en cas de nouveau commentaire