Comme chaque année, les facteurs et les pompiers font actuellement le tour des foyers pour vendre leurs calendriers 2020. Voici ce qu’il faut savoir pour en fixer le juste prix.

C’est un incontournable du mois de décembre : d’ici les fêtes de fin d’année, vous avez toutes les chances d’être sollicité à votre domicile pour acheter un calendrier. Une tradition qui remonte au 19e siècle mais qui survit à l’âge du smartphone. Avec leurs paysages bucoliques, leurs petits chats ou leurs soldats du feu en action, les calendriers de la Poste et des pompiers ne sont sans doute plus aussi incontournables qu’ils l’étaient avant pour organiser le planning familial ou connaître l’éphéméride. Mais ils permettent toujours de récompenser des professionnels dont le travail est jugé utile, voire indispensable au quotidien.

Au moins 10 euros

Le prix libre : c’est le principe de la distribution des calendriers en porte-à-porte. La somme que vous allez donner dépend de votre appréciation du mérite du professionnel, ou du corps de métier qu’il représente.

Il y a toutefois une limite basse à ne pas dépasser, qui correspond au prix d’achat du calendrier par le professionnel - qu’on peut estimer entre 2 et 3 euros - et du temps qu’il prend, en dehors de ses heures de travail, pour le distribuer. Ainsi, à 5 euros ou moins, la marge dégagée n’est pas suffisante pour justifier le déplacement, souvent le soir : mieux vaut refuser l’achat. Prévoyez plutôt 10 euros minimum, en cash ou en chèque selon votre convenance, et plus évidemment si vous estimez que le travail de votre facteur ou des pompiers de votre commune mérite mieux.

Un rappel enfin : les sommes récoltées par les pompiers le sont en général au bénéfice de leurs œuvres sociales. Pour autant, acheter un calendrier n’ouvre théoriquement pas droit à une réduction fiscale : celle-ci est en effet réservée aux dons sans contrepartie. Interrogée par MoneyVox, la direction générale des Finances publiques, confirme que l'achat d'un calendrier n'ouvre pas le droit à une réduction d'impôt.

Qui est autorisé à vendre des calendriers ?

Un corps de métier est officiellement autorisé par l’institution qu’il représente à vendre des calendriers en porte à porte : il s’agit des pompiers, depuis 1946. Pour ce faire, ils ont l’obligation de se présenter à votre porte en tenue de travail et de pouvoir vous présenter, le cas échéant, leur carte professionnelle.

Dans le cas des facteurs, pas d’autorisation officielle, mais une tolérance. La Poste n’est ainsi pas directement partie prenante de la vente de calendriers : elle se fait à l’initiative et au seul bénéfice du facteur, qui commande lui-même ses almanachs et les distribuent obligatoirement hors de ses heures de travail. Il doit toutefois se présenter en tenue de travail et avec sa carte professionnelle. Idéalement, notamment dans les logements collectifs, il annonce également son passage, en mettant un affiche dans les parties communes.

Un 3e corps de métier distribuait traditionnellement des calendriers : les éboueurs. C’est de plus en plus rare : nombre de communes - celle de Paris notamment - interdisent en effet à leurs agents de vendre des almanachs en porte à porte. Si une personne se présentant comme telle frappe chez vous, méfiez-vous et exigez de voir sa carte professionnelle avant de la laisser entrer ou de lui donner de l’argent : les arnaques aux calendriers sont en effet courantes. En cas de doute, contactez votre mairie pour savoir si un éboueur est autorisé à vendre des calendriers dans votre commune.