De l’argent qui dort dans les portefeuilles ou sur les comptes courants : sur le premier semestre 2019, les ménages français ont une nouvelle fois massivement tourné le dos aux placements pour conserver des liquidités en cas de pépin.

« Avec la crise des Gilets jaunes, de nombreux ménages ont reporté des achats en particulier durables, ce qui a conduit à augmenter la poche d’épargne de précaution. » Voilà comment l’économiste Philippe Crevel, directeur du Cercle de l’épargne, analyse l’évolution des placements financiers des Français lors du 1er semestre 2019. La Banque de France a dévoilé son étude trimestrielle sur l’épargne des ménages, avec à la clé un nouveau record de « collecte nette » pour la catégorie « numéraire et dépôts à vue », pour simplifier le liquide et les comptes courants : 20,3 milliards d’euros de flux positifs entre janvier et mars ! Un score exceptionnellement élevé, comparable aux trois premiers mois de l’année 2017, quand les comptes courants battaient déjà des records de collecte.

Le rythme s’est adouci lors du 2e trimestre 2019, avec « seulement » 8,5 milliards d’euros de flux positifs en numéraire et dépôts à vue. Ce qui porte tout de même la « collecte nette » des « liquidités » des Français à près de 29 milliards d’euros en l'espace de 6 mois ! Dans le même temps, les placements réalisés sur les produits d’épargne bancaires (livrets réglementés, livrets bancaires, épargne-logement…) n’atteignent « que » 23 milliards d’euros. « Les ménages continuent à placer leur argent sur ces produits malgré leur faible taux de rendement », observe Philippe Crevel, en faisant référence au taux de 0,75% pour le Livret A ou le LDDS, par exemple. « Au regard de la situation du marché monétaire, il faut néanmoins relativiser la faiblesse de ces rendements. En effet, sans leur fixation réglementée, ils devraient être nuls voire négatifs. En effet, le taux des obligations d'Etat à 10 ans était, mi-août, inférieur à 0,4%. »

Crédit immobilier : découvrez les taux les plus bas pour votre projet

Les Français se détournent des actions

La collecte positive des comptes courants, livrets et plans d’épargne bancaires se fait, notamment au détriment des investissements risqués. Au 1er trimestre 2019, les ménages ont retiré 4,3 milliards d’euros des fonds d’investissement en actions (organismes de placement collectifs, OPC), et 2 milliards d’euros des actions cotées. « Cette décollecte s'explique par les mauvais résultats des cours boursiers à la fin de l’année 2018 », observe Philippe Crevel. L’assurance vie reste elle une valeur sûre, avec une collecte qui se maintient dans le vert, notamment grâce à la garantie en capital des fonds en euros.