L’Autorité des marchés financiers a sanctionné la société Signatures, ex-Artecosa, qui proposait d’investir dans les lettres et manuscrits, à l’image de la plus médiatique société Aristophil.

Luc Mazet, président de Signatures, est lui-même un ancien salarié d’Aristophil, société ayant fait l’objet d’un vaste scandale. Luc Mazet avait ainsi utilisé un concept proche d’Arostophil pour lancer l’activité d’Artecosa, par la suite renommée Signatures. Cette entreprise affichait ainsi des promesses de rendements très élevées par le biais d’investissements dans des « lettres, manuscrits, documents autographes et photographies anciennes ». De 2014 à 2016, 650 clients ont souscrit à cette offre, « pour un montant de 25 millions d’euros » selon le régulateur financier.

La commission des sanctions de l’AMF reproche à cette société de ne pas avoir respecté les règles applicables aux intermédiaires de biens divers. Selon cette décision datée du 13 novembre, Artecosa-Signatures a diffusé des informations « inexactes et trompeuses », et a commis de nombreux manquements à ses obligations en tant qu’intermédiaire.

Économisez sur les frais et gagnez jusqu'à 400 € grâce à notre comparatif des assurances vie

La commission des sanctions de l’AMF a ainsi prononcé une amende de 50 000 euros à l’encontre de Luc Mazet, et prononcé une interdiction d’exercer pour lui-même et sa société pendant 10 ans dans le secteur de l’intermédiation de biens divers.