Tombé à 4 millions de plans mi-2017, le PEA a subitement remonté la pente début 2018, à près de 4,6 millions de plans.

7,3 millions de Plans d’épargne en actions. Ce record date du milieu des années 2000. Depuis 2007 et le début de la crise des subprimes, la détention de PEA n’a cessé de décliner. Jusqu’à tomber sous le seuil symbolique des 4 millions de plans mi-2017. La statistique, de 3,99 millions à l’époque, a été réévaluée et le « plus bas » enregistré l’an passé par la Banque de France est finalement de 4,07 millions.

Lire aussi : Le déclin du PEA est-il irrémédiable ?

Fin 2017, la Banque de France a enregistré une hausse du nombre de Plans d’épargne en actions en France à 4,24 millions. Puis cette embellie s’est amplifiée, le curseur atteignant 4,57 millions à la fin du premier trimestre 2018. Est-ce une conséquence, avec un effet retard, de la bonne santé des cours boursiers en 2016 et lors des premiers mois de l’année 2017 ? Ou de la rassurante stabilisation des cours depuis ?

Près de 75 000 PEA-PME

Les encours du PEA ne suivent toutefois pas exactement la même courbe : 79,2 milliards d’euros sur les PEA mi-2016 avant de remonter jusqu’à 92,8 milliards fin 2017, notamment grâce aux effets de marché, pour finalement reculer à 91,6 milliards à la fin du premier trimestre 2018.

Économisez jusqu'à 50% sur votre assurance emprunteur

Dans le même temps, le nombre de PEA dédiés aux PME et ETI, ou PEA-PME, a lui aussi progressé, de 57 690 fin mars 2017 à 74 407 fin mars 2018. Les encours des PEA-PME progressent au même rythme : 1,24 milliard d’euros fin mars 2018 contre 870 000 un an plus tôt.

Lire aussi : Assurance-vie, PEE ou PEA : comment les Français investissent-ils en actions ?