Le patrimoine économique national a nettement augmenté en 2016, grâce à la hausse des prix de l'immobilier et des valorisations boursières, selon une étude de l'Insee et de la Banque de France publiée vendredi.

Le patrimoine économique cumulé des ménages, des entreprises et des administrations s'est établi l'année dernière à 14 023 milliards d'euros, soit l'équivalent de 7,7 fois le produit intérieur net de l'année, selon ce document. Le produit intérieur brut a quant à lui atteint 2 227 milliards d'euros en 2016. Sur un an, ce patrimoine a augmenté de 3,1%, après avoir progressé de 1,2% l'année précédente.

Dans le détail, le patrimoine des ménages a connu une hausse de 3,2%, atteignant 11 145 milliards d'euros à la fin 2016, soit 8,3 fois leur revenu disponible net. Cette progression tient essentiellement à « la hausse des prix de l'immobilier ». Mais cette croissance reste « inférieure au taux de croissance annuel moyen entre 2004 et 2014 », qui s'établissait à 3,8%, souligne l'étude. Les actifs financiers des ménages ont pour leur part augmenté de 3,8%, les ménages bénéficiant d'une valorisation des actions en 2016.

Du côté des sociétés financières, leur valeur augmente de 6,2%, notamment en raison de la forte progression de la valeur des terrains et logements, mais aussi de la reprise de l'investissement. Leurs actifs financiers ont en revanche décéléré (+5,5% après +10,6%), « principalement en raison de la moindre progression des cours des actions en 2016 » par rapport à 2015. Leurs fonds propres s'établissent à 8 070 milliards d'euros, un montant en progression de 5,6% par rapport à l'année précédente.

Le patrimoine net des sociétés financières (banques, fonds d'investissements, assurances...) a pour sa part plongé de 32,6%, « une chute apparente » due à l'effet des changements de méthode comptable de l'assurance-vie. « Sans cet effet, le patrimoine net des sociétés financières augmenterait de 1,8% en 2016 (après une baisse de 7,5% en 2015) », précise l'étude.

Enfin, le patrimoine net des administrations publiques a continué de baisser fortement, de 25,9% pour s'établir à 190 milliards d'euros, après un recul de 24,5% l'année précédente. Si leur patrimoine non financier a augmenté, grâce à la hausse de l'immobilier, leur patrimoine financier a diminué.

Le patrimoine net est défini par l'Insee comme la différence entre la valeur des actifs (ce que l'on possède) et celles des passifs (ce que l'on doit). Les actifs et les passifs sont comptabilisés à leur valeur de marché en fin d'année.