La plateforme de prêt participatif aux particuliers Younited a été épinglée par l’AMF sur la connaissance client, non pas du côté emprunteur mais sur le volet investisseur. Le régulateur financier a publié le 20 janvier un « accord de composition administrative », conclu à l’automne dernier avec Younited.

A la différence des plateformes de prêt participatif aux PME, qui disposent d’un statut différent, Younited ne peut ouvrir la porte qu’à des « investisseurs professionnels ». Concernant les personnes physiques, il faut donc cocher deux des trois conditions suivantes pour pouvoir investir sur la plateforme : détenir un patrimoine financier de 500.000 euros, être un investisseur actif sur les marchés boursiers et avoir travaillé à un poste lié à la finance d’entreprise.

C’est justement sur cette frontière entre investisseurs particuliers pouvant être catégorisés ou non comme professionnels que Younited, anciennement Prêt d’Union, a fauté au sens de l’AMF. Selon le régulateur financier, la plateforme n’a « pas procédé à une catégorisation rigoureuse d’une partie de sa clientèle ». Younited a ainsi commercialisé des fonds communs de titrisation (FCT) « auprès de clients non professionnels qui n’étaient pas nécessairement en mesure de prendre leurs décisions d'investissement en pleine connaissance de cause », explique l’AMF, « alors même que ce type de produit de placement présente une certaine complexité et que des risques pouvant être importants y sont associés ». Les autres griefs de l’AMF découlent de ce problème de catégorisation, ou de manques dans l’information livrée à ses clients investisseurs.

Regroupez vos crédits ! Jusqu'à -60% sur les mensualités. Réponse en 48h

Si Younited a tenu à rappeler à l’AMF que « la clientèle mal catégorisée représente 292 clients, pour seulement 2% de l’encours », la société a accepté de corriger sa procédure d’entrée en relation avec les clients investisseurs. Et s’est engagé à maintenir les « mesures adéquates ». L’affaire se limite donc à la publication de cet accord par l'AMF, et à une amende de 150.000 euros.