Selon la dernière vague de l’étude « Climat de la consommation en Europe » du cabinet GfK, le pessimisme économique est de retour dans l’Hexagone, où les Français anticipent notamment une baisse de leurs revenus dans les mois à venir.

Au premier trimestre 2016, l’indicateur d’anticipation de revenus calculé par GfK est en forte baisse de 17 points en France, et se situe désormais à -22. Seuls les Belges et les Grecs sont plus pessimistes, avec des indices respectifs de -23 et -45. « Le niveau de chômage élevé (…) pourrait en être l’une des causes », estime GfK, qui note toutefois que l’indicateur français était à peine plus élevé il y a un an (-19). A l’inverse, les Autrichiens (+52), les Allemands (+51) et les Slovènes (+37) affichent un optimisme certain concernant l’évolution de leurs finances personnelles.

Les craintes des Français ne se limitent pas à leur cas personnel : elles concernent l’ensemble de la conjoncture économique. L’indicateur d’anticipation économique est ainsi repassé dans le rouge en France au 1er trimestre, s’établissant à -4, « la valeur la plus basse depuis janvier 2015 ». Là encore, ce pessimisme est partagé par les Grecs (-51) et les Belges (-1), mais aussi par les Italiens (-31) et les Néerlandais (-4). De manière générale, cet indicateur est en baisse dans toute l’Europe, de 3,2 points en moyenne. « Les tensions géopolitiques, la menace terroriste en Europe, la possible sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne, ainsi que le marasme persistant au sein des grands pays émergents ont fragilisé (…) les anticipations économiques (…) des consommateurs européens », commente GfK.

Néobanques : les offres les moins chères pour maîtriser votre budget

De manière assez paradoxale, la propension des Européens à consommer dans les mois à venir est en hausse et atteint même « le niveau le plus élevé depuis décembre 2001 ». La France n’est pas en reste : l’indicateur y repasse légèrement dans le vert (0,4), en hausse de 5 points par rapport à la fin 2015.

(1) Etude GfK « Climat de la consommation en Europe », basée sur un sondage mensuel mené auprès d’environ 40.000 personnes représentatives de la population adulte dans les 28 pays de l’Union européenne.