Grâce à un accord avec Bimedia, qui fournit des solutions d’encaissement aux petits commerces, le service de paiement CashWay, qui permet de régler en espèces ses achats effectués sur internet, va se déployer prochainement chez plus de 6.000 buralistes.

Que faire quand on souhaite acheter en ligne mais qu’on ne dispose pas d’une carte bancaire, ou qu’on se refuse à l’utiliser pour des questions de sécurité ou de confidentialité ? Créée en 2014, la startup CashWay - 5 salariés, basés à Nantes - apporte une solution à ce problème en proposant aux consommateurs de régler leurs achats effectués sur internet… en espèces. Lors de son achat, l’internaute choisit CashWay comme moyen de paiement, à condition bien sûr que le site d’e-commerce propose cette solution : c’est le cas d’une quinzaine d’entre eux actuellement, mais de plus de 5.000 prochainement, à la faveur d’un récent accord avec une plateforme de paiement. Il reçoit alors un code par SMS ou par mail, qu’il doit ensuite présenter chez un buraliste partenaire. Ce dernier scanne le code, reçoit le paiement en espèces puis valide la commande.

Le service, évidemment, ne brille pas par sa simplicité. Mais il semble correspondre aux usages d’une partie des internautes. Afin de le rendre plus accessible, CashWay vient de signer un partenariat avec Bimedia, une société qui fournit des caisses intelligentes et des terminaux de paiement à environ 6.200 buralistes. Soit un « tiers du réseau des tabac-presse de France », explique CashWay, qui se félicite de « quadriller la quasi-totalité du territoire ». D’ici la fin octobre, les commerçants clients de Bimedia pourront ainsi proposer ce service à leurs clients. A terme, CashWay espère être présent dans les deux tiers des bureaux de tabac, et compte aussi convaincre d’autres commerces de proximité, voire de grandes enseignes nationales, de proposer son service.

Professionnels : les offres en ligne les moins chères pour limiter vos frais bancaires

Le réseau des buralistes, confrontés à une baisse de l’activité liée au tabac et à la presse, semble beaucoup intéresser les startups financières. C’est aussi le canal de distribution choisi par Compte-Nickel, un service présent dans plus de 1.000 bureaux de tabac actuellement, qui permet d’obtenir en quelques minutes un RIB et une carte de paiement, moyennant un abonnement de 20 euros par an.

Lire aussi : Compte Nickel : l'étonnant succès du compte low cost des buralistes