psa

Patrimoine : le banquier, conseiller par défaut des Français aisés

Un homme et sa conseillère clientèle
© Jeanette Dietl - Fotolia.com

Une majorité de clients disposant d’un patrimoine financier s’adressent en priorité à leur conseiller bancaire pour discuter placements. Mais ils aspirent à plus d’expertise et d’objectivité selon un sondage Ifop pour la société de conseil en gestion de patrimoine UFF.

« Quel est votre interlocuteur principal, lorsque vous souhaitez souscrire des produits financiers ? » Le « conseiller bancaire habituel » répond à 54% la clientèle « patrimoniale ». Un score quasi inchangé depuis 2010 dans cet observatoire Ifop-UFF s’intéressant aux Français disposant a minima d’une patrimoine financier de 30.000 euros (1).

Lorsque l’institut de sondage interroge ce même public sur l’interlocuteur qu’il souhaiterait solliciter à l’avenir, le banquier n’émarge plus qu’à 33%. Et les conseillers spécialisés à 53%, qu’il s’agisse d’un conseiller en gestion de patrimoine (indépendant ou non) ou d’un conseiller bancaire spécialisé. Les clients « patrimoniaux » qui souhaitent changer attendent en premier lieu plus « d’objectivité » (25%), estimant que le banquier sert surtout les intérêts de son employeur. Ils se disent ensuite en quête d’expertise (16%) et de « produits nouveaux, plus adaptés » (16%).

Sans surprise, lorsque le sondeur se concentre sur un public très aisé, avec un patrimoine dépassant le million d’euros, cette clientèle affirme d’ores et déjà s’adresser à un « conseiller bancaire spécialisé en placements financiers », faisant probablement référence à un conseiller banque privée.

(1) Enquête réalisée par l’Ifop auprès de 301 Français du 27 août au 9 septembre 2015. Sélectionnés à partir d’un fichier « représentatif de la population française », ces clients « patrimoniaux » répondent à plusieurs critères : ils détiennent des valeurs mobilières ou de l’assurance-vie, ils ont un niveau de patrimoine financier (hors immobilier) de plus de 30.000 euros, et ont l’intention de faire un placement financier dans les 2 ans (ou possèdent un bien immobilier locatif).

Partager cet article :

© cbanque.com / BL / Octobre 2015