Epargne : les régions qui boudent les livrets et celles qui poussent le PEL

  • Par
  • ,
Carte des régions françaises
© vege - Fotolia.com

Des livrets d’épargne en décollecte continue et des Plans d’épargne logement qui se sont bien garnis tout au long de l’année 2014. Autant ces tendances ont été abondamment analysées et commentées sur un plan national, autant elles sont rarement décortiquées région par région. L’exercice permet pourtant d’identifier des évolutions particulièrement hétérogènes. Analyse.

9,3 milliards d’euros en moins sur les livrets d’épargne (1) et 22,2 milliards en plus sur les Plans d’épargne logement en France métropolitaine sur les 12 derniers mois. Tel est le premier constat que l’on peut tirer des derniers chiffres – à fin février 2015 – communiqués par la Banque de France, dans son état mensuel des « dépôts dans les régions françaises ». Mais, comme son nom l’indique, ce bilan permet d’accroître le niveau de « zoom » sur l’Hexagone et d’observer d’assez fortes disparités géographiques dans le « destin » - de l’engouement au désamour - de ces deux produits d’épargne. Quels sont les départements ou les régions qui ont le plus fortement contribué aux tendances nationales et lequels sont à contre-courant ? Suivant le produit d’épargne observé, la liste des territoires concernés n’est sensiblement pas la même.

Ile-de-France, PACA et Rhône-Alpes : plus de 5 milliards sortis des livrets

Concentrée, l’hémorragie des livrets d’épargne en 2014 ? En tout cas, à elles trois, les régions Ile-de-France, PACA et Rhône-Alpes contribuent pour plus de la moitié dans la chute des encours mesurée par la Banque de France entre fin février 2014 et fin février 2015 : une bagatelle de 5,2 milliards d’euros tout de même. Et même si ces 3 régions héberge selon l'Insee près de 37% de la population française, leur surreprésentation dans les retraits sur livrets est indéniable puisqu'elles contribuent à cette baisse d'encours à hauteur de 55%. Pire : les retraits sur livrets des Franciliens se chiffrent à 3 milliards, soit près du tiers de l’évolution nationale ! Cette concentration géographique n’est pas sans conséquences : Dans ses statistiques, la Banque de France agrège dans une même catégorie « livrets » les livrets bancaires, mais aussi le Livret A ou encore les livrets bleus. Or, une récente étude de la Caisse des dépôts assure que l’argent déposé sur les produits d’épargne réglementée est majoritairement voué à être investi dans le département où il a été collecté.

En savoir plus sur le sujet : Livret A, LDD, LEP : où va votre argent ?

Si en termes de montant brut, les 3 régions citées précédemment affichent les pertes les plus importantes, le « classement » n’est plus le même en matière d’évolution relative (en pourcentage de l’encours à fin février 2014). C’est alors la Corse qui ressort comme la région ayant vu les montants déposés sur livrets d’épargne se réduire le plus (-6,3%), suivie par PACA, l’Auvergne, la Haute-Normandie et la Bretagne (cf. le tableau ci-dessous). A l’autre bout de ce classement, on ne retrouve finalement que trois régions n’ayant pas enregistré de baisse de leur épargne sur livret au cours des 12 derniers mois : la Franche-Comté, la Lorraine et l’Alsace. Dans cette dernière région, les dépôts sur livret ont même progressé de 0,8% (une centaine de millions d’euros) entre février 2014 et février 2015.

Dernière « curiosité » notable concernant les livrets : l’examen des évolutions d’encours à plus court terme (entre fin janvier 2015 et fin février en l’occurrence) révèle une véritable inversion des tendances dans certaines régions. C’est notamment le cas en… Ile-de-France ! Alors que sur un an, elle affiche une baisse de -2,3%, la région francilienne regagne 1,4% de croissance de son encours sur un seul mois, soit 1,8 milliard d’euros supplémentaires. Le début d’un phénomène de correction et d’un retour en grâce des livrets d’épargne ?

Les retraits sur livret (*) les plus importants par région
Evolution sur 1 an
(en %)
Evolution sur 1 an
(en montant)
Encours à fin février 2015
Corse-6,3%-0,1 Md €1,5 Md €
PACA-3,6%-1,2 Md €31,8 Mds €
Auvergne-3,2%-0,3 Md €9 Mds €
Haute Normandie-3,2%-0,3 Md €9,1 Mds €
Bretagne-2,9%-0,6 Md €20,1 Mds €
Nord Pas de Calais-2,4%-0,5 Md €20,4 Mds €
Basse Normandie-2,4%-0,2 Md €8,2 Mds €
Rhône Alpes-2,3%-1 Md €42,3 Mds €
Ile de France-2,3%-3 Mds €128,6 Mds €
Midi Pyrénées-2,2%-0,4 Md €17,7 Mds €
France Métropolitaine-2,1%-9,3 Mds €435,5 Mds €
Source : Banque de France – Dépôts dans les régions françaises au 28 février 2015
* Sous l’appellation « Livrets », la Banque de France regroupe « les livrets ordinaires, les livrets A, livrets bleus et livrets jeunes »

PEL : un niveau de croissance allant du simple au double

+11% en un an sur l’ensemble du territoire. Derrière cette impressionnante progression des montants placés sur les Plans d’épargne logement, se cachent des niveaux de croissance allant quasiment du simple au double : +7,4% dans le Limousin contre +13,5% dans les Pays de la Loire. A sa suite, parmi les régions enregistrant les plus fortes progressions, on retrouve la Haute et la Basse-Normandie (+13% dans les deux régions), Languedoc-Roussillon, Poitou-Charentes (voir le tableau ci-dessous). On pourra noter que ces régions ne figurent pas parmi celles qui affichent sur la même période les plus fortes décollectes sur livrets, balayant de fait toute idée de transfert massif d’épargne entre ces deux produits.

Au niveau des départements, c’est l’Aude qui affiche la plus forte progression des dépôts sur les PEL à +22%, suivie par la Vendée, les Landes, l’Indre-et-Loire, le Gard ou les Pyrénées-Orientale (+17%).

Top 10 des évolutions d'encours des PEL
Evolution sur 1 an
(en %)
Evolution sur 1 an
(en montant)
Encours à fin février 2015
Pays de la Loire+ 13,5%+ 1,7 Md €14,3 Mds €
Haute Normandie+ 13,0%+ 0,6 Md €5,2 Mds €
Basse Normandie+ 13,0%+ 0,6 Md €5,2 Mds €
Languedoc Roussillon+ 12,7%+ 0,9 Md €8 Mds €
Poitou Charentes+ 12,3%+ 0,7 Md €6,4 Mds €
PACA+ 11,9%+ 1,6 Md €15,1 Mds €
Aquitaine+ 11,8%+ 1,1 Md €10,4 Mds €
Rhône Alpes+ 11,4%+ 2,5 Mds €24,4 Mds €
Alsace+ 11,3%+ 0,8 Md €7,9 Mds €
Midi Pyrénées+ 11,2%+ 1,2 Md €11,9 Mds €
Nord Pas de Calais+ 11,1%+ 1,1 Md €11 Mds €
Auvergne+ 11,1%+ 0,6 Md €6 Mds €
Bretagne+ 11,0%+ 1,5 Md €15,1 Mds €
France Métropolitaine+ 11,0%+ 22,2 Mds €223,6 Mds €
Source : Banque de France – Dépôts dans les régions françaises au 28 février 2015

Encore une fois, en termes de montants déposés, c’est l’Ile-de-France qui surpasse toutes les autres régions avec 3,6 milliards d’euros supplémentaires versés sur les PEL en l’espace de 12 mois. Et ce malgré un niveau de croissance relative nettement en deçà de la moyenne nationale (+9,7%). Il est vrai que sur le PEL, la domination francilienne est moins outrageuse que sur d’autres produits d’épargne. Ainsi, pas moins de 7 autres régions enregistrent des progressions d’encours supérieures au milliard d’euros. Des évolutions qui modifient aussi légèrement la hiérarchie régionale en matière de Plan d’épargne logement. Exemple : la Bretagne, dont les épargnants semblent particulièrement friands du PEL, se voit contester sa troisième place concernant l’encours du PEL, par la région PACA, avec un montant total de 15,1 milliards d’euros.

(1) Dans son état mensuel des dépôts dans les régions françaises la Banque de France regroupe sous l’appellation « Livrets » les livrets ordinaires, les livrets A, livrets bleus et livrets jeunes.

Partager cet article :
Philippe GUILBERT

© cbanque.com / PG / Avril 2015