La publicité pour LCL ? Gad Elmaleh pensait que « c’était bien » et même « marrant », affirme l’humoriste dans des interviews parues dans Metronews et Le Parisien, près de dix mois après le lancement de cette campagne publicitaire.

Karim Benzema, Victoria Abril, Lambert Wilson, Gérard Darmon, Antoine de Caunes ou Muriel Robin : LCL s’est offert au fil des années une kyrielle de célébrités pour ses diverses campagnes télévisées. « Depuis 8 ans, la publicité LCL (…) a obtenu le meilleur score d’impact publicitaire du marché », affirmait en février dernier la banque dans le communiqué annonçant une nouvelle campagne avec Gad Elmaleh. Problème : pendant de nombreuses semaines, la banque et surtout l’humoriste ont été raillés sur les réseaux sociaux.

Lire l’article de notre série sur les flops des banques : Gad et LCL, le « bad buzz »

Depuis, le flot de critiques s’est tari et certains spots publicitaires de LCL avec Gad Elmaleh apparaissent toujours à la télévision. L’humoriste a profité de cette accalmie pour s’exprimer sur le sujet dans deux entretiens accordés à Metronews et au Parisien, réalisés à l'occasion de la promotion de son spectacle au Palais des sports de Paris. Interrogé par le média gratuit sur ses « regrets quant au passé », il affirme qu’il « ne regrette rien, même la pub LCL je pensais que c’était bien ».

« J’ai eu du flair, non ? »

Avant de développer : « Le public s'est beaucoup exprimé dessus mais ça veut dire qu'il ne me laisse pas faire n'importe quoi. Ça me touche. (…) »

Économisez sur les frais et gagnez jusqu'à 350 € grâce à notre comparatif des assurances vie

Le Parisien a publié hier un entretien où des propos assez similaires sont rapportés. Sur cette même publicité, l’humoriste déclare dans le quotidien : « Au moment où on me l’a proposé, j’ai pensé : c’est bien payé, le scénario est marrant, c’est Patrice Leconte qui réalise, enfin une pub qu’il ne faut pas rater ! J’ai eu du flair, non ? » Avant de se dire « conscient du malentendu qui en a découlé » et d’affirmer : « (…) maintenant, je ne vais pas faire le malin et j’assume. »