La France émarge comme l'an passé au 9e rang du palmarès européen du pouvoir d’achat réalisé par GFK. L’étude note aussi les écarts de « revenu disponible » entre les régions et départements français. Ile-de-France et Rhône-Alpes se détachent en haut de classement, Nord-Pas-de-Calais et Corse en bas.

19.643 euros, c’est le revenu disponible par Français (1) sur l’année 2014. Soit 1,5 fois plus que dans l’ensemble des 42 pays européens analysés et 0,4% de gain par rapport à l’an passé. Le palmarès européen, où la France figure à la 9e place, est toujours dominé par le Liechtenstein (54.840 euros), la Suisse (37.153) et la Norvège (30.560). Parmi les pays les plus peuplés, l'Allemagne figure à nouveau devant la France.

Si le pouvoir d’achat des Français est plutôt élevé par rapport à ses voisins européens, ce constat cache de très fortes disparités à l’intérieur du territoire. A Paris intra-muros, le revenu disponible est de 30.796 euros, le plus haut niveau de l’Hexagone. De l’autre côté du périphérique, à Saint-Denis, en Seine-Saint-Denis, le revenu disponible est de 13.919 euros par habitant, la plus faible moyenne de la métropole.

Découvrez les meilleures cartes bancaires gratuites grâce à notre comparatif

Les importants écarts entre les villes, départements et régions françaises sont dus au fort pouvoir d’achat des résidents de certains territoires. Ainsi, en France, seules deux régions parmi les 22 de la métropole ont un niveau de pouvoir d’achat supérieur à la moyenne : l’Ile-de-France et le Rhône-Alpes. « Même la troisième région du classement, Provence-Alpes-Côte d’Azur, se situe juste en-dessous de la moyenne nationale », souligne GFK dans son communiqué. Le Nord-Pas-de-Calais ferme la marche, juste devant la Corse.

(1) Pour son calcul du revenu disponible par habitant, GFK indique prendre en compte l’ensemble des revenus, y compris les prestations de l’Etat, les déductions de taxes et contributions charitables, moins les frais récurrents de type loyer, factures énergétiques, etc. L’étude s’appuie aussi sur les taux d’imposition et prévisions économiques mais n’ajuste pas ses valeurs par rapport à l’inflation.