psa
Plan du site Rechercher

Epargne bancaire : les livrets en chute libre, le PEL en grande forme

Banque de France
© cdrcom - Fotolia.com

Les livrets, toutes catégories confondues, ont accusé une forte décollecte au 3e trimestre 2014 selon les statistiques de la Banque de France. Dans le même temps, le Plan d’épargne logement (PEL) a vu son encours grossir de près de 4,5 milliards d’euros.

Après un léger ralentissement au 2e trimestre, le PEL enregistre ainsi une collecte nette supérieure à celle du 1er trimestre (3,5 milliards), déjà exceptionnellement élevée. En juillet, août et septembre 2014, la collecte mensuelle a systématiquement dépassé le milliard d’euros. Un fait rarissime à cette période de l’année, plus vu depuis 1996.

Actuellement rémunéré à 2,50%, hors prélèvements sociaux, le Plan épargne logement apparaît comme une alternative contraignante – il faut atteindre 2 ans de détention minimum pour que la rémunération de 2,50% soit assurée – mais bien plus rentable que le Livret A ou le LDD, rémunérés à 1% depuis le 1er août dernier. Conséquence : sur les neuf premiers mois de l’année 2014, le PEL a vu son encours augmenter de 9,68 milliards d’euros. Le cap des 10 milliards va probablement être dépassé au mois d’octobre. Un seuil, à titre de comparaison, qui n'a pas été franchi en 2013, pourtant déjà très positive pour le PEL.

Seul le Livret Jeune affiche une collecte positive

Le contraste est saisissant, sur le 3e trimestre, marqué justement par la baisse du taux du Livret A, entre le PEL et les livrets, toutes catégories confondues. Le Livret A ? -3,56 milliards en 3 mois selon la Banque de France. Le LDD ? -614 millions. Le Livret d’épargne populaire ? -130 millions. Même le Compte épargne logement accuse une décollecte de 409 millions d’euros au 3e trimestre. Le Livret Jeune est le seul compte sur livret de la famille de l’épargne réglementée à ne pas subir de décollecte sur cette période : il a attiré 103 millions d’euros en trois mois, ce qui correspond à son rythme de croisière à cette période de l’année.

Les livrets soumis à l’impôt ne font pas mieux. La collecte est sur courant alternatif d’un mois sur l’autre mais, sur le trimestre, les livrets fiscalisés enregistrent une décollecte de 1,2 milliard d’euros. En moyenne, en septembre, ces livrets bancaires étaient rémunérés à 1,02% brut selon la Banque de France.

Partager cet article :

© cbanque.com / BL / Novembre 2014

https://www.moneyvox.fr/actu/MoneyVox