Selon les résultats de l’enquête Budget de famille 2011 de l’Insee, sortie en septembre 2014, les ménages les plus modestes consacrent plus d’un cinquième de leur budget au logement, contre seulement 12,3% pour les foyers les plus aisés.

Le logement pèse lourd dans les finances. Et surtout pour les ménages les plus modestes. Avec précisément 20,6% de leur budget alloué, il s'agit du premier poste de dépenses, selon les données de l’enquête Budget de famille 2011 de l’Insee (pour les 20% des revenus les plus faibles). En revanche, pour les foyers les plus aisés le logement est relégué au 4e rang des dépenses, après les transports, les autres biens et services et l’alimentation. En France, un ménage dépense en moyenne un peu plus de 15% de son budget pour se loger, c’est-à-dire moins que pour son alimentation (16,4%) et les transports (17,4%).

Une différence qui s’explique : 60% des ménages les plus modestes sont locataires, contre seulement 21% des ménages les plus riches. Or l’enquête de l’Insee ne prend pas en compte l’achat de logement ou les remboursements de prêts immobiliers, « considérés comme de l’épargne et non comme une consommation de logement ».

Le budget logement diminue quand le ménage s'agrandit

L’écart des dépenses pour le logement, entre locataires donc, est de 8,3 points entre les ménages les plus modestes et ceux les plus aisés. Les résultats de l’enquête notent cependant que, « à niveau de consommation égal », le poids des dépenses de logement diminue avec la taille du ménage : il représente 22,8% du budget d’une personne seule, mais uniquement 12% de celui d’un couple avec enfants. « Un couple de locataire dépense en moyenne moins de deux fois ce que dépense une personne seule », précise l’enquête.

Frais bancaires : jusqu'à 223 € d'économies grâce à notre comparateur

L’Insee met en perspective ces données entre 1979 et 2011. En 32 ans, la composition du budget des ménages a considérablement évolué. Et les écarts dans le logement se sont accentués. De 8,3 points en 2011, l'écart entre ménages modestes et aisés n'était en 1979 que d'un point et demi.