2,65% : c’est la rémunération dévoilée ce matin par MMA Vie pour le fonds en euros de ses contrats MMA Multisupport et Adif Optimum. Le repli est net par rapport à 2012 (2,90%), mais MMA propose désormais un système de bonus qui permet de relever les gains d’une partie de sa clientèle.

Avec ce taux de 2,65% (1), inférieur de 0,25 pt à celui de 2012, les ex-Mutuelles du Mans, qui appartiennent désormais à la Société de groupe d’assurance mutuelle (SFGAM) Covéa, affichent l'un des rendements les plus faibles du marché, notamment pour des contrats multisupports. « Dans un contexte économique et financier qui reste compliqué et fragile, MMA a choisi cette année encore de privilégier une gestion prudente de la participation aux bénéfices, tout en renforçant ses fonds propres et en alimentant sa provision pour excédent », justifie Geoffroy Brossier, directeur général de MMA Vie, dans un communiqué diffusé ce matin.

Toutefois, rappelle MMA, ce chiffre n’est pas totalement représentatif du rendement offert à l’ensemble des assurés. En effet, MMA propose depuis novembre un système de bonus de rendement, qui permet de relever la rémunération à 2,80%, voire à 3,15%, à condition de remplir deux conditions : disposer d’un encours de 50.000 euros ou plus et de 20% au moins d’unités de compte. « MMA Vie attribue ces bonus à la quasi-totalité de son portefeuille de contrats sans obligation de reversement », explique ainsi le communiqué, sans plus de précisions. De même source, les provisions mathématiques de MMA s’élevaient à 20 milliards d’euros à fin 2013.

Jusqu'à 120 € offerts en comparant les meilleures banques en ligne

Par ailleurs, MMA a également rendu publique la rémunération du fonds en euros de ses produits dédiés à la retraite MMA Solution Retraite et MMA Solution Retraite Pro. Elle s’établit à 2,70%, en repli de 0,20 pt par rapport à 2012, éventuellement boostée à 2,85% et 3,20% par le système de bonus.

Lire par ailleurs : Rendements 2013 de l'assurance-vie : les hausses et les baisses des fonds euros

(1) Nets de frais de gestion mais avant prélèvements sociaux.