Dans le cadre du plan Espoir Banlieues, la Fédération bancaire française (FBF) a signé hier l’engagement national pour l’insertion professionnelle des jeunes des quartiers. Il a pour objectif d’offrir à ces jeunes des perspectives de développement des compétences et d’emploi.

La FBF sera en relation avec le service national de l’emploi (ANPE, Assedic, missions locales pour l’emploi) pour informer des compétences attendues par les banques et des potentialités d’emploi, ainsi que des orientations du secteur en matière d’alternance.

Pour travailler dans la banque, un niveau de formation initiale (bac+2/3) est généralement exigé. Pour les jeunes qui ne présentent pas ce niveau, des parcours en alternance leur sont proposés. Plus de 8 000 personnes sont aujourd’hui en alternance dans la banque. Selon le Centre de Formation de la Profession Bancaire, les trois quarts des alternants sont recrutés en CDI à l’issue de leur contrat.
Pour les jeunes n’ayant pas initialement choisi des formations à forts débouchés dans la vie économique, des possibilités de reconversion leur seront également soumis.

Néobanques : les offres les moins chères pour maîtriser votre budget

Afin de diversifier leurs recrutements, les banques mènent déjà des actions à destination des jeunes éloignés du monde du travail. Des forums sont organisés régulièrement dans les régions pour faire connaître les métiers de la banque et les formations pour y entrer. A travers le programme « La banque, ma banque et moi », des banquiers expliquent également le fonctionnement de la banque et de ses métiers dans les classes de seconde, en collaboration étroite avec les enseignants.